Ancienne carte du monde - illustration
Ancienne carte du monde - illustration
Ancienne carte du monde - illustration ©Getty - Ikroman 6
Ancienne carte du monde - illustration ©Getty - Ikroman 6
Ancienne carte du monde - illustration ©Getty - Ikroman 6
Publicité
Résumé

Quand l'échelle d'observation des phénomènes se situe à un niveau mondial et non local...

En savoir plus

Dans plusieurs chroniques précédentes, il a été question de "courants" de la recherche historique, comme la micro-histoire, la sociohistoire, l'histoire des mentalités etc. ; autant de noms donnés à ces courants, à voir comme des labels assez larges regroupant des recherches empiriques, n'ayant souvent entre elles qu'un vague air de famille.

"Pour s'imposer dans le métier d'historien, il faut que les jeunes se démarquent des anciens en proposant de nouvelles orientations, qui sont désignées par de nouveaux mots"

Ce qui frappe en étudiant l'histoire de ces labels, c'est leur caractère éphémère, car leur durée de vie dépasse rarement une génération. Pour s'imposer dans le métier d'historien, il faut que les jeunes se démarquent des anciens en proposant de nouvelles orientations, qui sont désignées par de nouveaux mots. Cette tendance est particulièrement visible aux Etats-Unis, avec l'usage constant du mot "tournant" (turn) pour nommer l'innovation. Alors qu'il y a une vingtaine d'années, on parlait beaucoup chez les historiens du  linguistic turn, aujourd'hui les partisans de l'histoire globale se réfèrent fréquemment au spatial turn.

Publicité

Pour qu'un nouveau domaine de recherche prenne une réelle consistante, il faut aussi qu'il soit porté par une nouvelle revue scientifique. C'est le cas pour l'histoire globale, puisque le Journal of Global History est né en 2006. Ce domaine d'études peut être vu comme l'antithèse de la micro-histoire, parce que l'échelle d'observation des phénomènes se situe à un niveau mondial et non local. C'est aussi un courant de recherche qui s'écarte des travaux inscrits dans un cadre national, puisqu'il privilégie les modes d’interactions et d’interdépendances entre les sociétés, au-delà des découpages étatiques.

Ces nouveaux regards ont permis de multiplier les recherches sur des questions encore peu étudiées, comme l'histoire du climat, la circulation des biens et des messages, le développement des réseaux humains sur des échelles variées. (...)

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.