Les codes de la table ©Getty - Reza Estakhrian
Les codes de la table ©Getty - Reza Estakhrian
Les codes de la table ©Getty - Reza Estakhrian
Publicité
Résumé

L'art de la bienséance ou comment les comportements élaborés d'abord dans la société de Cour, se sont progressivement diffusés dans toutes les classes.

En savoir plus

En 1703, Jean-Baptiste de la Salle, fondateur de l'institut des Frères des écoles chrétiennes, publiait un ouvrage intitulé Les Règles de la bienséance et de la civilité chrétienne, constamment réédité au XVIIIe siècle - qui s'inscrit dans la tradition des livres de civilité, inaugurée par Érasme de Rotterdam en 1530 - et dont la fonction était de pacifier les relations quotidiennes entre les individus dans les sociétés européennes.

Jean-Baptiste de la Salle s'adresse aux enseignants et aux parents pour leur donner des conseils concernant l'éducation des enfants. Dans la première partie du livre, il passe en revue toutes les parties du corps humain (depuis la tête et les oreilles jusqu'aux pieds, en passant par le front, les yeux, les bras, les coudes... ) pour édicter les normes que doivent respecter les bons chrétiens, en matière de maintien et de contrôle de soi. Dans la seconde partie, il explique aux lecteurs comment ils doivent se lever, s'habiller, se nourrir, s'amuser et même discuter entre eux. Dans l'un des chapitres de la première partie, de la Salle écrit : "pour tenir la tête avec bienséance, il faut l'avoir droit sans la baisser, ni la pencher devant, ni d'un côté, ni de l'autre", et il ajoute : "C'est aussi témoignage de l'arrogance de relever la tête avec affectation". On voit que cette règle de politesse fonctionnait comme une relation de pouvoir pour rappeler aux classes inférieures de la société que le langage du corps ne devait pas exprimer le moindre signe de rébellion à l'égard de ceux qui représentaient l'ordre établi.

Publicité

Norbert Elias s'est beaucoup appuyé sur ce livre pour montrer comment l'inculcation des normes dominantes avait contribué au processus de civilisation des mœurs depuis le XVIe siècle, car les comportements élaborés d'abord au sommet, dans la société de Cour, se sont progressivement diffusés dans toutes les classes (...).

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.