Philippe le Bon (1396-1467), père d'au moins 25 enfants bâtards - Un portrait de Rogier van der Weyden, vers 1450, Musée des Beaux-Arts de Dijon - Wikicommons
Philippe le Bon (1396-1467), père d'au moins 25 enfants bâtards - Un portrait de Rogier van der Weyden, vers 1450, Musée des Beaux-Arts de Dijon - Wikicommons
Philippe le Bon (1396-1467), père d'au moins 25 enfants bâtards - Un portrait de Rogier van der Weyden, vers 1450, Musée des Beaux-Arts de Dijon - Wikicommons
Publicité
Résumé

Pourquoi le traitement des "bâtards" varie-t-il selon le milieu social au cours du Moyen Age ?

En savoir plus

Les discriminations à l'encontre des "bâtards"

Au cours du Moyen Age, sous l'influence de l'église chrétienne, le mariage est devenu le seul cadre légitime des unions. Ce qui explique que les enfants nés hors mariage, qu'on appelait fréquemment alors les "bâtards", aient fait l'objet de discriminations à la fois juridiques, sociales et religieuses.

Exclus de certaines charges publiques et de la cléricature, en règle générale ils ne pouvaient pas hériter de leurs parents, ni léguer leurs biens. Les seigneurs s'arrogeaient même un droit de bâtardise au nom duquel ils confisquaient les biens des bâtards qui mourraient sans héritier légitime.

Publicité

Les mères de ces enfants illégitimes subissaient, elles aussi, cet opprobre car à cette
époque l'honneur des femmes était conditionné par le critère de la chasteté et par la fidélité conjugale. C'est pour échapper à la honte publique que certaines d'entre elles pratiquaient des avortements, voire même des infanticides, sévèrement réprimés par la justice.

L'intégration des "bâtards" dans la société aristocratique

Les recherches récentes ont néanmoins montré que la façon de traiter les bâtards pouvait énormément varier selon le milieu social. Les plus hostiles étaient les roturiers aisés avides de charges publiques et d'offices. Tous les enfants légitimes n'ayant pas accès à ces fonctions, étant donné leur rareté, les bâtards étaient perçus comme des concurrents qu'il fallait absolument écarter.

Mais dans les sphères les plus hautes de la société, les enjeux étaient différents. Les actes de légitimation conservés dans les archives départementales, et aussi les sources littéraires, montrent que les bâtards étaient souvent très bien intégrés dans la société
aristocratique. (...)

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.

Références

L'équipe

Gérard Noiriel
Production
Laurence Millet
Réalisation
Carla Michel
Collaboration
Corinne Amar
Collaboration