L'arche de Noé et le déluge
L'arche de Noé et le déluge ©Getty - Pictures from History
L'arche de Noé et le déluge ©Getty - Pictures from History
L'arche de Noé et le déluge ©Getty - Pictures from History
Publicité

Oublier quelqu'un revient-il à oublier tout le monde ?

Nous vivons aujourd’hui un moment de catastrophe qui réveille en nous des images comme celle du déluge, qui fait surgir immédiatement Noé, qui construit, face au déluge annoncé, une arche. Dans cette arche, il rassemble tous les vivants sans en oublier aucun. Il cherche à préserver tout le monde : ce souci éthique nous paraît avoir quelque chose de fondamental.

Aujourd’hui, dans ce moment où l’on cherche à préserver la biodiversité, le problème du climat passe au premier plan et nous pensons inévitablement à la survie de l’Humanité et la "vie en général". Cette vie en général désigne toute la biodiversité, comme si chaque vivant dans sa singularité apportait quelque chose d’essentiel à la valeur même de la vie et du monde. Peut-être parfois faut-il en sacrifier... Malgré tout, le principe de l’éthique consiste à n’oublier personne.

Publicité

L'oubli comme injustice primaire ?

La personne juste est celle qui n’oublie aucune autre personne dans son décompte. Les parents justes n’oublient aucun de leurs enfants… Le fait d’oublier quelqu’un est peut-être l’injustice fondamentale. Il faut donc, pour être juste, donner à chacun au moins le minimum qui permet de le considérer comme une personne. (…)

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art…  Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.

L'équipe