Écrire l'air du temps ©Getty - Malte Mueller
Écrire l'air du temps ©Getty - Malte Mueller
Écrire l'air du temps ©Getty - Malte Mueller
Publicité
Résumé

Comment l'art participe-t-il à la création de l'air du temps ?

En savoir plus

Chanter "l'air du temps"

La preuve que l'histoire n'est pas une chose extérieure à nous, que nous subirions rétrospectivement ou dans laquelle nous serions pris malgré nous, c'est que nous avons avec elle un rapport subjectif. A l'aide de nos sens, nous sentons que l'ambiance historique est en train de changer, et nous chantons même ce que nous appelons "l'air du temps". Nous sentons des différences dont certaines chansons parlent, comme la "Complainte du progrès"(1956) de Boris Vian (1920-1959) :

"Autrefois pour faire sa cour / On parlait d'amour / Pour mieux prouver son ardeur / On offrait son cœur / Maintenant, c'est plus pareil / Ça change, ça change"

Publicité

"Tout se passe comme si l'art enregistrait les changements historiques"

Boris Vian semble reprendre l'antienne du bon vieux temps, où l'on parlait de l'amour avec des grands mots, mais décrit aussi le nouveau temps avec d'autres façons de dire l'amour. Tout se passe comme si l'art enregistrait les changements historiques. Il faut se souvenir que Boris Vian est contemporain de Georges Perec (1936-1982) qui, avec son Je me souviens (1978), cherchait lui aussi à saisir l'air du temps et était déjà bien proche de cette "Complainte du progrès". Voici ce que Boris Vian dit à Gudule :

"Un frigidaire / Un joli scooter / Un atomixer / Et du Dunlopillo / Une cuisinière / Avec un four en verre / Des tas de couverts / Et des pelles à gâteaux"

Tel est l'air du temps selon Boris Vian : on ne séduit plus avec des grands vers de la poésie courtoise, mais avec les objets de la technique moderne et de la publicité. C'est ce que Roland Barthes  (1915-1980) analysait aussi dans ses Mythologies (1957), voyant dans la publicité "Bébé Cadum" pour le nouveau savon le sens même de l'histoire des années 1960. Boris Vian annonçait l'air du temps, Georges Perec le racontait, et enfin, Roland Barthes l'analysait. Mais ces intellectuels ou ces artistes ont-ils une antenne spéciale pour palper l'air du temps ? (...)

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.

Références

L'équipe

Frédéric Worms
Frédéric Worms
Frédéric Worms
Production
Nicolas Berger
Réalisation
Laurence Malonda
Réalisation
Carla Michel
Collaboration
Corinne Amar
Collaboration