A livre ouvert
A livre ouvert
A livre ouvert ©Getty - Jerome Tisne
A livre ouvert ©Getty - Jerome Tisne
A livre ouvert ©Getty - Jerome Tisne
Publicité
Résumé

La littérature, un besoin vital aussi pour la philosophie.

En savoir plus

Le mot peut effrayer, sembler universitaire, et d'ailleurs, dans le dernier moment historique où la littérature a été au cœur de la culture dans les années 60-80, il y avait cette idée étrange que la littérature était le langage qui se parlait de lui-même, se prenait pour une sorte de finalité autonome. C'était aussi ce que Sartre reprochait à une certaine littérature esthétisante qui prenait le langage comme un objet pur en soi, sans s'adresser aux hommes dans nos vies, dans son essai, Qu'est-ce que la littérature ? publié en 1947 (éd. Gallimard). Peut-être Sartre allait-il trop loin, qui faisait de la littérature avant tout un message politique, un outil de l'action, de la liberté ?

"La littérature est aussi un désir de transmettre par le langage le sens profond de l'expérience"

La littérature est un besoin vital qui passe vitalement par le langage d'ailleurs de manière inséparable de la philosophie elle-même, un besoin vital aussi pour la philosophie ; toutes nos expériences sont toujours aussi des expressions, et ce désir d'exprimer, qui est un désir d'exprimer ce que nous vivons, est aussi un désir de transmettre par le langage le sens profond de l'expérience. C'est ce qui donne lieu à ce travail de l'expression pour elle-même que nous trouvons dans toutes les cultures, dans tous les grands récits, qui sont de la littérature, et cherchent à dire cette vérité de l'expérience immédiate (…)

Publicité

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.