Policiers et manifestants lors d'une manifestation
Policiers et manifestants lors d'une manifestation
Policiers et manifestants lors d'une manifestation ©Getty - Gregor Hohenberg
Policiers et manifestants lors d'une manifestation ©Getty - Gregor Hohenberg
Policiers et manifestants lors d'une manifestation ©Getty - Gregor Hohenberg
Publicité
Résumé

La violence est le refoulé constant de notre société, alors que toute société est travaillée par une force violente interne.

En savoir plus

Lorsqu'on parle de la philosophie de la violence notamment en France au XXe siècle, on évoque souvent de grands philosophes reconnus comme tels, Sartre, Levinas ou Foucault, du pouvoir et de ses abus, et on oublie souvent le livre d'un penseur inclassable, René Girard, dont La Violence et le sacré, publié en 1972, est pourtant un livre fondamental.

Que dit René Girard dans "La Violence et le sacré" ?

Il faut, selon lui, faire resurgir aujourd'hui ce que les religions affrontaient de manière directe, à savoir la part de violence qui est au cœur de nos sociétés, et qu'elles cherchent à canaliser. La violence est le refoulé constant de notre société alors que toute société est travaillée par une force violente interne, que René Girard a cherché à décrire et analyser. Le cœur de la violence, selon Girard, se situe au cœur des relations les plus intimes entre les hommes, au cœur du désir entre les humains, ce désir qui fait que nous désirons quelqu'un, quelque chose, mais sommes aussi contre quelqu'un, quelque chose, et nous ne pouvons exister sans cette rivalité constante. Qui dit amour, dit aussi, rivalité, jalousies, guerre (…).

Publicité

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.