Rose dans un vieux livre de poésie
Rose dans un vieux livre de poésie
Rose dans un vieux livre de poésie ©Getty - Alicia Llop
Rose dans un vieux livre de poésie ©Getty - Alicia Llop
Rose dans un vieux livre de poésie ©Getty - Alicia Llop
Publicité
Résumé

Nous avons besoin du poème, parce que c'est là où se situe l'unité d'une expérience inscrite dans une forme.

En savoir plus

Pour le poème, on a dans le mot lui-même l'idée qu'il n'est pas venu là par hasard, qu'il est l'œuvre par excellence qui a fait l'objet d'une création, d'une production, ce que le mot, poiêsis, veut dire, en grec ancien ; il y a des pratiques humaines qui ne donnent pas d'œuvre, par exemple se nourrir, et par opposition à ces praxis, les Grecs distinguaient la poiésis, qui crée, produit, fait œuvre ; l'exclamation de ce qui nous arrive, qui a pris forme dans une œuvre individuelle. Nous avons besoin du poème, parce que c'est dans le poème par excellence que se situe l'unité d'une expérience inscrite dans une forme.

Ce qui compte c'est d'écrire des poèmes, surtout de lire des poèmes, de savoir les lire comme une totalité, de savoir  les interpréter, s'y refléter (...). Prenons par exemple un poème de Pierre Reverdy, d'Aragon, de Desnos...

Publicité

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.