Je ne veux pas disparaître !
Je ne veux pas disparaître ! ©Getty - Thomas Jackson
Je ne veux pas disparaître ! ©Getty - Thomas Jackson
Je ne veux pas disparaître ! ©Getty - Thomas Jackson
Publicité

Pourquoi détruire quand il est certaines ruines que nous aimons voir ?

Que les êtres vivants s'opposent à leur propre disparition, par exemple, à leur propre mort, cela a quelque chose d'évident. S pinoza (1632-1677) dans son E thique, a fait du fait pour chaque être de persévérer dans son être la définition même de l'être - le célèbre, Conatus qui, en latin, veut dire l'effort. Mais il se peut que nous, êtres humains ayons une résistance plus profonde à la destruction - non seulement à notre propre disparition, par une sorte de force d'inertie ou de refus narcissique centré sur le vivant individuel mais aussi, une résistance à la destruction en général, à la destruction de ce qui a été construit (…), et qui nous apprend quelque chose sur la vie elle-même.

Il y a destruction parce que la vie est, a été ou aura été un processus de construction et de création ; parce qu'il y a quelque chose qui a non seulement été un vivant mais qui a construit  un monde, des institutions, des objets, des relations, des œuvres, et que la mort n'est pas seulement une disparition mais aussi une destruction de ce qui a été construit. Car il nous faut comprendre le sens de cette destruction (...)

Publicité

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.