Un cerveau athlète faisant ses exercices
Un cerveau athlète faisant ses exercices
Un cerveau athlète faisant ses exercices ©Getty - OsakaWayne Studios
Un cerveau athlète faisant ses exercices ©Getty - OsakaWayne Studios
Un cerveau athlète faisant ses exercices ©Getty - OsakaWayne Studios
Publicité
Résumé

La critique semble d'abord être un luxe, puisqu'il y a un savoir, puis des opinions et ensuite, l'acte même de les critiquer, et parfois, cela pose des problèmes

En savoir plus

Sans la critique, la vie humaine est-elle possible ? La pensée critique n'est peut-être pas seconde par rapport à une pensée première : ne serait-elle pas la naissance de la pensée elle-même ?

"Penser c'est d'abord critiquer"

C'est d'abord discuter, c'est dire, "il ne peut pas en être ainsi". Au début de la philosophie, par exemple, chez Socrate, il commence par dire "non, la justice n'est peut-être pas la loi du plus fort, mais qu'est-ce-que la justice ? Je ne sais rien."

Publicité

"La critique c'est l'étape d'abord du doute"

La critique c'est l'étape qui fait qu'un savoir doit être démontré, justifié, re-justifié. La critique, c'est d'abord aussi l'acte de distinguer ; le mot vient du grec, kritikê, c'est toujours la limite entre deux choses, c'est le filtre, le tamis : penser, définir, c'est d'abord un acte négatif, dire ce qu'une chose n'est pas, ne peut pas ou ne doit pas pas être en même temps que ce qu'elle est ou doit être. La critique n'est pas seulement une condition de la pensée, de la science, mais aussi une condition de la vie commune. (...) 

Cette chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant ICI, dès mardi à 10:55, et sur notre antenne du lundi au vendredi à 10h55 ou sur l'application Radio France

Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment"; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser -