Quoi de neuf ? ©Getty - Vladimir Vladimirov
Quoi de neuf ? ©Getty - Vladimir Vladimirov
Quoi de neuf ? ©Getty - Vladimir Vladimirov
Publicité
Résumé

Ne vous êtes-vous jamais demandé à quel point la science dépendait de la technologie ?

En savoir plus

Il est certain que les avancées de la connaissance scientifique sont les fruits de cerveaux humains  : Archimède, Newton, Pasteur sont là pour en témoigner. Pour autant, l’essor de nouvelles technologies a permis d’ouvrir des portes sur des domaines qui seraient restés inaccessibles sans elles. Ce sont en quelque sorte des accélérateurs de la connaissance et cela ne date pas d’hier.

Qu’est-ce qui est nouveau en science ?

On ne peut pas véritablement répondre à cette question. En effet, la science est dynamique. De nouvelles méthodes de travail, de nouvelles disciplines, de nouveaux concepts et de nouvelles technologies émergent constamment. Dans ce processus, ce qui est nouveau est monté sur les épaules de ce qui précède : "sur les épaules de Darwin", dirait Jean-Claude Ameisen, et il est difficile de marquer une frontière. Pour aujourd’hui, posons arbitrairement une limite chronologique ; le début de ce siècle, et limitons-nous à des technologies qui ont ouvert de nouveaux horizons. On pourrait aussi imaginer que ce qui est nouveau concerne surtout ce qui est petit, microscopique, des cellules ou des gènes, ou ce qui est très loin, des étoiles, mais pas seulement.

Publicité

Quoi de neuf en imagerie ? Nous ne pouvons accéder à l’intérieur de notre planète, c’est une évidence. Comment alors l’étudier ? (...) Et du côté de la génétique, quelles innovations ? Tout un chacun sait désormais que police et gendarmerie traquent les meurtriers à coup d’ADN. Tout le monde sait que l’on peut obtenir une séquence de son propre génome, ou du moins, d’une partie de ce génome, pour peu cher.

Quelles conséquences sur les questions et les approches scientifiques ?

Des approches populationnelles de la diversité humaine fondées sur des jeux de données comptant plusieurs milliers de génomes sont accessibles. On peut identifier les bases génétiques des variations phénotypiques, ou étudier les associations entre variations génétiques et maladies. La génomique des populations permet de reconstituer l’histoire de l’humanité, ses migrations, ses métissages, ses variations démographiques passées, les adaptations des populations à différents environnements… Autant de questions, autant de réponses à retrouver dans cette chronique (…).

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.