Un gorgebleue à miroir chantant dans un champ de colza ©Getty - Arterra
Un gorgebleue à miroir chantant dans un champ de colza ©Getty - Arterra
Un gorgebleue à miroir chantant dans un champ de colza ©Getty - Arterra
Publicité
Résumé

Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi les oiseaux chantaient ?

En savoir plus

Au lever du jour, vous l’aurez remarqué, c’est le concert assourdissant des chants d’oiseaux. C’est ce qu’on appelle "le chœur matinal" : en ville comme en forêt, des centaines d’individus chantent à qui mieux mieux. Nous n'aurons pas l’outrecuidance de rappeler les plaintes déposées par certains néoruraux contre le coq du village.

Pourquoi chanter ?

C’est vraiment la première question à poser. Il y a plusieurs réponses, toutes assez attendues et classiques. D’abord ce sont généralement les mâles qui chantent le plus fort et très rarement les femelles. Une première fonction est d’attirer, de se faire remarquer par lesdites femelles. La démonstration est simple à faire. On a installé des nichoirs vides pour le gobe-mouches à collier, certains avec des avec haut-parleurs émettant le chant de cette espèce et d’autres silencieux. Les femelles visitent significativement plus souvent les nichoirs chanteurs. Si le chant diffusé par le haut- parleur est celui d’une autre espèce, la femelle ne vient pas. Cela démontre que le signal est spécifique, c’est un chant bien particulier qui est reconnu, ce que l’on savait.

Publicité

Pour autant, il existe des modulations. Un chant plus long ou un chant plus complexe, plus varié attire plus. En revanche, si l'on modifie la fréquence acoustique du chant, ou bien son rythme d’émission, la femelle ne le reconnaît plus. Tant pis pour ceux qui chantent faux.

Le chant des oiseaux, "une sorte de carte d'identité personnelle"

Dans le même registre que l’attraction, le chant sert à se faire reconnaître. Le chant devient une sorte de carte d’identité personnelle. Au sein d’une espèce, de légères variations signalent un individu, son sexe, son âge et son statut.

Ainsi, chez de nombreuses espèces d’oiseaux marins, les individus restent fidèles à leur conjoint d’une année sur l’autre, et ils se reconnaissent mutuellement grâce à leurs vocalises. Pareil avec les poussins comme on le constate lorsqu’on visite une manchotière. Lorsque les parents manchots rentrent de la pêche, c’est tout à coup un concert assourdissant de vocalises qui s’élève de la colonie. Les parents reconnaissent leur poussin en partie grâce à son cri qui est un peu différent de celui du voisin. Chez les passereaux, il a été démontré que les individus savent identifier le chant de leur voisin habituel. Un mâle sera moins agressif envers un individu qu’il connaît bien qu’envers un individu nouveau, jugé alors comme intrus. Un mâle territorial saura mémoriser les chants de plusieurs mâles occupant les territoires alentour.

Mais attention, les oiseaux sont subtils car si l’on diffuse vers un mâle territorial le chant d’un voisin connu, mais à partir d’un autre endroit que celui sensé être occupé par ce voisin, le mâle territorial réagira de manière aussi agressive qu’envers un intrus.

La fonction territoriale du chant des oiseaux

Cet exemple nous amène à glisser vers une autre fonction, la fonction territoriale. Mettons un haut-parleur sur le territoire d’un merle et diffusons un chant de merle. Le comportement du merle résident sera altéré. Soit il se tait, soit il redoublera d’ardeur dans l’émission de ses vocalises et en viendra même à s’en prendre au haut-parleur pour l’évincer. Il est donc expérimentalement démontré que le chant sert à expulser les mâles rivaux, et tout particulièrement les voisins.

Là aussi, des nuances existent. Un mâle "en couple " qui héberge sa femelle sur son territoire sera plus offensif. À l’inverse, de jeunes mâles auront tendance à s’effacer devant les mâles expérimentés.

La fonction de signal du chant des oiseaux

Dernière fonction qu'il s'agit d'évoquer, la fonction de signal qui est une forme d’extension de celle du marquage du territoire. Simplement elle est plus subtile et s’apparente à un langage rudimentaire. En effet, les espèces ont des répertoires plus ou moins étendus. Le répertoire, c’est en quelque sorte la collection de chants que l’espèce est capable d’émettre et qui sont utilisés en regard de situations : alerte face à un danger, séduction, agression... Le record du répertoire est celui de l’étourneau sansonnet, dont certains individus produisent près de 70 types de chants différents. Chez cette espèce, les femelles seraient davantage attirées par les individus aux répertoires riches… Mais il ne faut pas en faire une généralité. (...)

Avec quoi les oiseaux chantent-ils ? Comment les oiseaux entendent-ils ? Comment les oiseaux apprennent-ils à chanter ? Pourquoi les oiseaux chantent-ils le matin ? Perturbons-nous le chant des oiseaux ? Autant de questions posées dans cette chronique qui nous rappellent à quel point nous détesterions un printemps totalement silencieux, sans le chant des oiseaux.

À lire aussi : Le chant des oiseaux

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.