La salle de retransmission du palais de Justice de Paris où seront aussi installés les parties civiles et le public
La salle de retransmission du palais de Justice de Paris où seront aussi installés les parties civiles et le public ©Radio France - Florence Sturm
La salle de retransmission du palais de Justice de Paris où seront aussi installés les parties civiles et le public ©Radio France - Florence Sturm
La salle de retransmission du palais de Justice de Paris où seront aussi installés les parties civiles et le public ©Radio France - Florence Sturm
Publicité

Le procès des attentats de janvier 2015 sera le premier procès terroriste à être filmé en France, comme l'autorise la loi Badinter de 1985. Les chercheurs mais aussi le grand public pourront ensuite consulter les archives de ces débats, enregistrés selon un protocole bien défini.

Mercredi 2 septembre s'ouvre devant la cour d'assises spéciale de Paris, exceptionnellement installée dans les locaux du nouveau Palais de justice, porte de Clichy, le  procès des attentats de janvier 2015. Trois jours d'un parcours meurtrier qui aura tué 17 personnes, entre la fusillade de Charlie Hebdo, la prise d'otages de l'Hyper Cacher porte de Vincennes et les deux policiers abattus à Paris et Montrouge. Les trois terroristes, les frères Kouachi et Amedy Coulibaly seront tués lors de l'assaut donné par les forces de l'ordre. 14 accusés sont renvoyés aux assises pour complicité et association de malfaiteurs terroristes. Le procès va durer deux mois entiers.

Ce sera aussi le premier procès terroriste filmé en France. Depuis la loi Badinter de juillet 1985 qui autorise la captation d'images, uniquement à destination des archives audiovisuelles, 11 procès ont fait l'objet d'une captation vidéo et deux autres (ceux du sang contaminé) d'une captation audio.

Publicité

Reportage de Florence Sturm.

.
.
© Visactu
44 min

L'équipe

Micro France Culture
Micro France Culture
Éric Chaverou
Collaboration
Florence Sturm
Journaliste