Les diplômés du DAEU, promotions 2019-2020 et 2020-2021
Les diplômés du DAEU, promotions 2019-2020 et 2020-2021 ©Radio France - Mathilde CARIOU
Les diplômés du DAEU, promotions 2019-2020 et 2020-2021 ©Radio France - Mathilde CARIOU
Les diplômés du DAEU, promotions 2019-2020 et 2020-2021 ©Radio France - Mathilde CARIOU
Publicité

Ils ont entre 20 et 60 ans, et commencent tout juste leurs études supérieures : à l’occasion de leur cérémonie de remise de diplôme, les étudiants du DAEU de Brest et Quimper, dans le Finistère, racontent leur parcours, leurs questionnements, et l’obtention de ce Graal qu’est le baccalauréat.

"J’avais 58 ans quand je me suis inscrite au DAEU (Diplôme d'Accès à l'Enseignement Universitaire). Je pensais qu’à partir d’un certain âge, on arrêtait d’apprendre". Après une longue carrière en tant qu’aide-soignante, Catherine Lin vient d’obtenir ce qui lui a toujours manqué : un diplôme. "J’ai mené mes trois enfants jusqu’au bac", raconte-t-elle avec émotion lors de la cérémonie. "Parfois j’aurais voulu participer à leur conversations, mais je n’avais pas les connaissance. Alors quand ils ont tous été diplômés, je me suis dit que c’était à mon tour".

Arrivée à la retraite, Catherine Lin entame une reprise d’étude à l’Université de Bretagne Occidentale. Deux fois par semaine, aux cours du soir, elle étudie le français, l’anglais, l’histoire et la philosophie. Un an plus tard, l’objectif est atteint : elle obtient avec brio son DAEU littéraire. "Je vais pouvoir trouver un emploi dans la fonction publique. Ou peut-être aller à la fac. En tous cas, je sais désormais que je vais apprendre jusqu’à la fin". 

Publicité

"La volonté de mener à bien un projet d'étude"

Chaque année, ils sont plus de 5 000 à obtenir le DAEU dans toutes les universités de France. Bien que mal connu, il est officiellement équivalent au baccalauréat et reconnu par la plateforme d’accès à l’enseignement supérieur, Parcoursup. Pour Alain Monot, enseignant en littérature à l’UBO et professeur de français au DAEU, il est absolument essentiel de donner cette seconde chance à tous ceux qui la demandent : "Le DAEU s’adresse à tous ceux qui, pour une raison ou pour une autre, n’ont pas pu obtenir le baccalauréat. Ça peut être pour reprendre les études, pour accéder à un nouveau statut, ou simplement pour des raisons psychologiques, en guise de réparation". Ce qu’ils ont tous en commun, c’est "une curiosité, et une volonté de mener à bien un projet de reprise d’étude. Ils puisent dans leur expérience cette motivation, et sont d’une extrême bienveillance envers les autres et les enseignants".

Des formules flexibles pour répondre aux différents besoins

Depuis 1994, le DAEU propose deux parcours, calqués sur les filières du baccalauréat général : le DAEU A, littéraire, et le DAEU B, scientifique. Chaque formule comprend obligatoirement du français et une langue vivante, ainsi que deux options : histoire, géographie, mathématiques, biologique ou encore philosophie. Par ailleurs, les cours sont accessible en présentiel, distanciel, ou dispositif mixte. Pour Laurent Bourles, directeur du SUFCA (service universitaire de formation continue et d'alternance), il est primordial que "la formation continue et le GRETA travaillent ensemble pour articuler au mieux les parcours de formation, et les adapter aux besoins des stagiaires qui ont bien souvent un emploi et une famille en parallèle". 

Cette année encore, plus de 60% des inscrits au DAEU de Brest et Quimper ont obtenu leur diplôme. 40% d'entre eux sont désormais inscrits à l'université - en Licence, BTS ou DUT.