Hallyu : la pop culture sud-coréenne déferle en France

En septembre 2019, le groupe sud-coréen N.Flying a réalisé son premier concert en Europe à Paris, au Bataclan.
En septembre 2019, le groupe sud-coréen N.Flying a réalisé son premier concert en Europe à Paris, au Bataclan. ©Getty - David Wolff - Patrick/Redferns
En septembre 2019, le groupe sud-coréen N.Flying a réalisé son premier concert en Europe à Paris, au Bataclan. ©Getty - David Wolff - Patrick/Redferns
En septembre 2019, le groupe sud-coréen N.Flying a réalisé son premier concert en Europe à Paris, au Bataclan. ©Getty - David Wolff - Patrick/Redferns
Publicité

En 2021, la plateforme Netflix signait son plus gros succès avec la série sud-coréenne "Squid Game". En seulement quelques années, le pays est parvenu à imposer sa pop culture jusqu'en France où les passionnés sont de plus en plus nombreux.

À 13 ans, Leïla est en classe de cinquième. Au lieu des choix classiques comme l'allemand ou l'espagnol, elle a choisi le coréen comme deuxième langue vivante :

Je ne m'attendais pas à pouvoir choisir le coréen, j'ai trouvé ça original.  Et puis, je me suis dis qu'il n'y avait pas grand monde qui pratiquait le coréen donc c'est un atout. Avant, je ne savais même pas où était la Corée du Sud mais en sixième, on nous a fait découvrir la culture coréenne et c'était super ! Maintenant, j'ai trop hâte d'y aller.

Publicité

"Depuis 2019, on a trois fois plus d'établissements français qui proposent des cours de coréen"

Comme elle, les élèves français sont de plus en plus nombreux à vouloir apprendre le coréen. Selon Kangwoo Yoon, attaché d'éducation à l'ambassade de Corée en France, ils sont trois fois plus qu'en 2019 :

Depuis 2019, on a trois fois plus d'établissements français qui proposent des cours de coréen. On est également passé de 630 élèves à plus de 1 600 aujourd'hui. Il y a un véritable engouement. Quand on visite une école, les professeurs de coréen nous disent souvent qu'ils n'ont pas assez de place pour recevoir tous ceux qui aimeraient apprendre la langue.

K-pop, séries, livres, gastronomie : un engouement culturel multiple

Cet engouement s'explique en partie par la popularité de la Hallyu, la culture coréenne. À Paris, le Kick Café, dans le 2e arrondissement, a ouvert en mai 2021. Le lieu est entièrement dédié à la musique coréenne, la K-pop. Blind test, spécialités coréennes et boissons aux couleurs de leurs groupes favoris, dans ce café aux murs roses poudrées, les clients comme Julie sont ravis de se retrouver entre passionnés :

Au début, aimer la culture asiatique, que ce soit la K-pop, les anime ou les mangas, c'était vraiment mal vu. Maintenant, c'est vu sous un œil tellement positif que les gens aiment ouvertement cette culture.

Clara, de son côté, est étonnée de voir autant de monde s'intéresser à la K-pop :

À travers les réseaux sociaux, je n'avais pas l'impression qu'il y avait autant de monde qui écoutait cette musique autant que moi. J'ai été choquée de voir le monde qu'il y avait dans le café le week-end, il y a la queue jusque dans la rue.

La fondatrice du lieu, Savannah Truong, ne s'attendait pas à un tel succès. Dès les premières semaines d'ouverture du café, au bout de dix jours, elle constate plus de trois heures de queue. Un peu plus tard, lorsque le café organise un événement pour la sortie de la série "Squid Game", il faut patienter six heures pour pouvoir rentrer dans le café. Savannah Truong est impressionnée de voir le nombre de personnes intéressées par la Hallyu. Un enthousiasme liée à une culture "multicanaux" selon elle  :

La culture coréenne est vraiment un circuit et un cycle complètement ouvert avec des connexions partout. Si vous regardez un drama coréen, il y aura une marque de nourriture coréenne, une marque de cosmétique coréenne, il y aura aussi des chansons faites par des groupes de K-pop…. c'est vraiment un écosystème qui fait que la culture coréenne est aussi présente dans nos vies en termes de pop-culture.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Des thèmes traités de manière universelle comme l'endettement, l'absence de filet social"

La musique, la BD, le cinéma, la gastronomie ou encore les dramas, la culture coréenne est multiple et accessible à tous selon Frédéric Ojardias, auteur du livre "Les Sud-Coréens" :

Les thèmes qui sont abordés dans la pop-culture coréenne sont des thèmes traités de manière universelle comme l'endettement, l'absence de filet social… Donc même si c'est en coréen, ça touche le monde entier. En Afrique du Sud, j'ai été surpris de voir des gens qui adoraient les séries télé sud-coréennes alors que ce n'est pas du tout le même contexte culturel. C'est aussi parce que les producteurs coréens ont eu l'intelligence d'avoir un modèle très ouvert, et je pense que ce n'est pas anodin que la Corée du Sud qui est un pays aussi connecté soit un pays dont le soft power ait explosé lors de l'explosion des réseaux sociaux.

Avec l'exportation de sa pop culture, la Corée du Sud est devenue une destination touristique prisée en Asie, où chacun s'imagine vivre le rêve coréen.

L'équipe