Banderole devant l'institut national des jeunes aveugles à Paris le 4 avril. - Julien Berthier
Banderole devant l'institut national des jeunes aveugles à Paris le 4 avril. - Julien Berthier
Banderole devant l'institut national des jeunes aveugles à Paris le 4 avril. - Julien Berthier
Publicité
Résumé

Face à une politique de l'école inclusive jugée parfois trop violente pour les enfants, Parents et enseignants demandent à la secrétaire d’état en charge du handicap, Sophie Cluzel, de leur laisser le choix afin qu’ils puissent revenir en écoles spécialisées s’ils en ressentent le besoin.

En savoir plus

Les instituts spécialisés pour jeunes aveugles et pour jeunes sourds scolarisent environ 1 000 élèves en France mais ce modèle pourrait changer. Dans un rapport, l’IGAS (l’Inspection générale des affaires sociales) préconise de changer le statut de ces instituts en les transformant en IEM (Institut Educatif médicalisé).

Avec un objectif de la part du gouvernement : privilégier l’inclusion scolaire généralisée dans des écoles ordinaires. Car depuis la loi de 2005  sur le handicap, une école n’a pas le droit de refuser l’inclusion d’un élève handicapé.

Publicité

Parents et enseignants demandent à la secrétaire d’état en charge du handicap, Sophie Cluzel, de leur laisser le choix afin qu’ils puissent revenir en écoles spécialisées s’ils en ressentent le besoin. Ce qui pour l’instant n’est pas prévu dans le texte.

Le reportage d’Hakim Kasmi.

Références

L'équipe

Maxime Tellier
Collaboration
Éric Chaverou
Collaboration
Nathalie Lopes
Collaboration