Ferme d'éoliennes citoyennes à Avessac, Loire-Atlantique le 23/09/22
Ferme d'éoliennes citoyennes à Avessac, Loire-Atlantique le 23/09/22 ©Radio France - Camille Magnard
Ferme d'éoliennes citoyennes à Avessac, Loire-Atlantique le 23/09/22 ©Radio France - Camille Magnard
Ferme d'éoliennes citoyennes à Avessac, Loire-Atlantique le 23/09/22 ©Radio France - Camille Magnard
Publicité

Pour accélérer le développement des énergies renouvelables en France, le gouvernement regarde entre autres du côté des projets d'énergie dits citoyens comme un moyen de dépasser les oppositions que rencontre l'éolien en particulier. De quoi s'agit-il ? Exemple et contre-exemple en Loire-Atlantique.

Avessac, dans le nord du département de Loire-Atlantique, a mis en service en 2017 le premier parc éolien de France dont les actionnaires sont à 100 % des collectivités locales ou des citoyens réunis en clubs d'investisseurs.

"Ce modèle typique des énergies citoyennes a permis de lever une à une, par le dialogue, les appréhensions de la population et de favoriser la prise de conscience écologique de tous", affirme Michel Carré le président de l'association EPV (Energies citoyennes en pays de Vilaine) qui a accompagné ce projet.

Publicité

Depuis, les actionnaires touchent des dividendes sur les ventes d'électricité produite les éoliennes, et ces ventes permettent aussi de salarier des conseillers en économie d'énergie sur la commune et alentour.

Ce type de cercle vertueux, la commune de Vay, à une trentaine de kilomètres d'Avessac, s'y intéressait de près en 2017, après avoir éconduit le promoteur privé P&T Technologie qui voulait construire des éoliennes trop près du bourg, selon le conseil municipal.

Pancarte à l'entrée de Vay, Loire-Atlantique le 23/09/22
Pancarte à l'entrée de Vay, Loire-Atlantique le 23/09/22
© Radio France - Camille Magnard

Mais P&T a tout de même déposé son dossier en préfecture en 2020, ce qui a déclenché une enquête publique. Celle-ci a rendu un avis défavorable, à l'image de celui de la population qui déplorait le manque de concertation et de transparence dans lequel ce projet lui était imposé. Toutes les collectivités et même la préfecture ont refusé le projet... mais la société a obtenu gain de cause devant la justice administrative qui a remis le projet éolien sur les rails, contre l'avis de tous les acteurs de terrain.

"Aujourd'hui on nous impose un projet contre notre consentement et on se sent complètement démunis, dépossédés de notre territoire", déplore la maire de Vay Marie-Chantal Gautier.

La commune compte déjà un projet éolien, elle n'est pas opposée par principe à cette énergie, mais elle ne décolère pas contre cette impression qu'on lui force la main, et que les élus de proximité pas plus que la préfecture ne sont entendus face à la nécessité affichée de développer les énergies renouvelables à tout prixmal-aimée

Marie-Chantal Gautier, maire de Vay en Loire-Atlantique, le 23/09/22
Marie-Chantal Gautier, maire de Vay en Loire-Atlantique, le 23/09/22
© Radio France - Camille Magnard

"En imposant les projets d'en haut, on risque de détruire l'image de l'éolien. Il est vraiment temps que les porteurs de projets éoliens fassent le ménagent dans leurs pratiques, et que nous citoyens nous reprenions les choses en main." Marie-Chantal Gautier, maire de Vay (44).

Le projet de loi présenté ce lundi 26 septembre prévoit de réduire les délais d'instructions des recours éventuels contre des projets d'énergies renouvelables. Le gouvernement affirme toutefois vouloir miser sur les énergies citoyennes, avec un objectif de 1000 nouveaux projets citoyens à l'horizon 2028. Les associations qui portent ces dossiers sur le terrain alertent sur le manque de moyen pour informer et accompagner les collectivités dans leurs démarches.

L'équipe