Vue du port de Granville (Manche) janvier 2022
Vue du port de Granville (Manche) janvier 2022
Vue du port de Granville (Manche) janvier 2022 - Fabien Jouatel
Vue du port de Granville (Manche) janvier 2022 - Fabien Jouatel
Vue du port de Granville (Manche) janvier 2022 - Fabien Jouatel
Publicité
Résumé

Dans ce port de la Manche où l'on pêche bulots et coquilles depuis des générations, le Brexit a mis en péril l'avenir d'une pêche artisanale qui fait travailler des dizaines de bateaux et nourrit autant de familles.

En savoir plus

Suite de la série de reportages "La campagne vue de" que vous propose la rédaction de France Culture toutes les semaines jusqu'à l'élection présidentielle. Cette semaine, cap sur Granville, premier port coquillier de France, situé dans la Manche, à 50 kilomètres à vol d'oiseau des côtes de Jersey, la plus grande des îles anglo-normandes. Ici, depuis quelques mois l'actualité est dominée par les soubresauts du Brexit, qui concernent non seulement les pêcheurs granvillais d'aujourd'hui, mais aussi (voire surtout) les pêcheurs de demain.

Granville depuis la ville haute
Granville depuis la ville haute
© Radio France - Anne-Laure Chouin

Quel futur pour la pêche à Granville ?

En ce début janvier à Granville, on décroche les décorations de Noël en attendant les festivités d'un carnaval renommé, inscrit au patrimoine immatériel de l'Unesco, mais qui pourrait bien cette année encore être annulé pour cause de Covid 19. Presque vidée des estivants qui triplent sa population l'été, la ville haute et ses maisons de pierre désertées dominent le premier port coquillier de France,  d'où l'on contemple un ciel immense et l'on aperçoit les côtes de Jersey. Cette île anglo-normande est au cœur de l'actualité qui agite les pêcheurs granvillais depuis le Brexit.

Publicité

Écoutez Marie Carof-Gadel, journaliste pour Ouest-France à l'antenne de Granville, qui suit de près le dossier des licences de pêches accordées aux bateaux granvillais depuis que le Brexit a mis à terre le traité de la baie de Granville, qui depuis plusieurs années régissait la pêche dans les eaux anglo-normandes.

"Les pêcheurs de Granville et ceux de Jersey avaient l'habitude de parler ensemble, aujourd'hui cette discussion leur échappe"

2 min

Cette crise des licences de pêche empoisonne désormais non seulement les relations entre Paris et Londres, mais elle a des répercussions très concrètes dans le quotidien des pêcheurs de Granville, dont le permis de pêcher dans les eaux anglaises (c'est-à-dire presqu'à la sortie des ports) est désormais soumis à l'approbation des autorités maritimes de Jersey. Ces licences sont importantes car elles vont déterminer à long terme la valeur des bateaux et le futur des jeunes pêcheurs. S'ils ne sont plus admis dans les eaux anglaises ou si ces admissions doivent se renégocier tous les ans : cela vaut-il encore la peine ? Marie Carof-Gadel :

"C'est tout l'avenir de la pêche à Granville qui se joue dans cette histoire de licences"

1 min

Marie Carof-Gadel et Fabien Jouatel, journalistes à l'antenne granvillaise de Ouest France
Marie Carof-Gadel et Fabien Jouatel, journalistes à l'antenne granvillaise de Ouest France
© Radio France - Anne-Laure Chouin

Figure de la vie municipale et des instances de pêche locales, Didier Leguelinel a identifié les mêmes enjeux dans ce conflit. Comme ses collègues pêcheurs, il n'éprouve pas de défiance à l'égard des nombreux élus locaux qui se sont démenés sur ce sujet et qui connaissent bien le dossier. En revanche, il estime que les élus nationaux ont "manqué de clairvoyance" dans ce dossier précis du Brexit

Didier Leguelinel

2 min

Didier Leguelinel, élu municipal et marin-pêcheur
Didier Leguelinel, élu municipal et marin-pêcheur
© Radio France - Anne-Laure Chouin

La pêche à Granville, ce sont 800 emplois induits, c'est beaucoup pour une ville de 12 500 habitants qui s'interroge plus que jamais sur l'avenir d'un métier qui a modelé son histoire. Parmi les quelques bateaux qui n'ont pas vu renouveler leur licence au delà de la fin du mois, il y a celui de Guillaume Lenoir, qui pêche le bulot et la coquille en baie de Granville. Ce refus de licence est dû à un problème administratif. Et selon lui, une des responsables du mal-être des pêcheurs artisanaux, est justement l'administration française :

Guillaume, en colère contre l'administration

1 min

Guillaume Lenoir, pêcheur granvillais
Guillaume Lenoir, pêcheur granvillais
© Radio France - Anne-Laure Chouin

Logement, services publics : les autres sujets d'inquiétude des Granvillais

Ce manque de proximité des services publics dont se plaint Guillaume pour son métier touche aussi d'autres habitants. Depuis le début de l'année, en effet, plusieurs services des finances publiques sont partis de cette petite station balnéaire, qui craint également pour certains services hospitaliers.

Fabien Jouatel est journaliste à Granville pour Ouest-France, il décrit cette "recentralisation" des services à l'œuvre dans sa ville, qui reste cependant attractive selon lui.

"Je comprends que les gens veuillent venir à Granville"

1 min

Avec la crise sanitaire, Granville a connu de façon amplifiée ce que beaucoup de territoires hors métropoles ont connu également : une flambée des prix du logement, portée par l'arrivée d'une population à fort pouvoir d'achat venue télétravailler dans les résidences secondaires, ou simplement profiter de l'iode et du grand air de ce coin de Normandie charmant et tranquille. Renchérissant du même coup le prix des logements en centre ville, rendus difficiles d'accès désormais pour des Granvillais au niveau de revenu relativement modeste.

"En location dans la ville de Granville, on ne trouve plus rien"

1 min

"Studio à louer" à Granville
"Studio à louer" à Granville
© Radio France - Anne-Laure Chouin

Face à ce phénomène, la mairie utilise les leviers à sa disposition (construction de logements sociaux, réhabilitation, etc.) mais ces moyens restent modestes car Granville ne répond pas aux critères des "zones tendues".

En attendant l'élection présidentielle, et outre les problématiques liées à la pêche et au logement, qu'espèrent les Granvillais ? La réponse de leur maire, Gilles Ménard, élu Divers Gauche.

"La première attente des granvillais c'est la santé"

2 min

Le maire centriste de Granville Gilles Ménard.
Le maire centriste de Granville Gilles Ménard.
© Radio France - Anne-Laure Chouin

Pour aller plus loin, la série d'articles de Ouest-France dédiées à l'histoire des relations entre les îles anglo-normandes

Et découvrez ici tous les reportages de notre série "La campagne présidentielle 2022 vue de"