Le réalisateur israélien, Nadav Lapid, récompensé par l'Ours d'Or à la Berlinale, pour son film Synonym, financé grâce à l'aide Cinéma du Monde du CNC et de l'Institut Français
Le réalisateur israélien, Nadav Lapid, récompensé par l'Ours d'Or à la Berlinale, pour son film Synonym, financé grâce à l'aide Cinéma du Monde du CNC et de l'Institut Français ©AFP - Odd ANDERSEN
Le réalisateur israélien, Nadav Lapid, récompensé par l'Ours d'Or à la Berlinale, pour son film Synonym, financé grâce à l'aide Cinéma du Monde du CNC et de l'Institut Français ©AFP - Odd ANDERSEN
Le réalisateur israélien, Nadav Lapid, récompensé par l'Ours d'Or à la Berlinale, pour son film Synonym, financé grâce à l'aide Cinéma du Monde du CNC et de l'Institut Français ©AFP - Odd ANDERSEN
Publicité

La sélection officielle du festival de Cannes fait de plus en plus de place au cinéma du monde. Cette année, sur les 21 films en lice, 4 sont américains, 6 français et 11 du reste du monde. Cette diversité, très présente dans le reste de la sélection, tient notamment au financement français.

Depuis 1982, la France aide les cinéastes du monde entier. Des artistes devenus stars comme Akira Kurosawa, Youssef Chahine ou Souleymane Cissé ont pu bénéficier de l'aide du Centre National du Cinéma qui aujourd'hui est organisé en partenariat avec la Fabrique Cinéma de l'Institut Français. Cette aide appelée l' Aide au cinéma du monde est l'une des plus difficiles à obtenir mais elle est également souvent un gage de réussite critique pour les films d'auteur. 

L'équipe