Le pari audacieux d'une exposition sur les cancers à la Cité des sciences et de l'industrie

Le module "recherche" de l'exposition Cancers présente des images de tumeurs et d'organoïdes.
Le module "recherche" de l'exposition Cancers présente des images de tumeurs et d'organoïdes. - Cité des sciences
Le module "recherche" de l'exposition Cancers présente des images de tumeurs et d'organoïdes. - Cité des sciences
Le module "recherche" de l'exposition Cancers présente des images de tumeurs et d'organoïdes. - Cité des sciences
Publicité

Jusqu'au mois d'août 2023, la Cité des sciences et de l'industrie présente une exposition très complète sur les cancers. Pour comprendre comment ils se développent, où en est la recherche, que vivent les malades avant et après, comment s'organisent les équipes soignantes.

C'est un pari audacieux : exposer un "monstre", créer un parcours muséal autour d'une des maladies les plus anxiogènes de notre siècle. Elle touche presque quatre millions d'entre nous : c'est l'estimation du nombre d'hommes, femmes et enfants qui vivent avec un cancer aujourd'hui en France. Chaque année, 380 000 personnes apprennent qu'elles en sont frappées, ce qui représente plus d'un millier de nouveaux cas par jour.

Le module "politique" présente les affiches qui, dès les années 50 pour certaines, expliquaient comment combattre le cancer.
Le module "politique" présente les affiches qui, dès les années 50 pour certaines, expliquaient comment combattre le cancer.
- Cité des sciences

Malgré ces statistiques effrayantes, ou peut-être à cause d'elles, le cancer reste une maladie taboue, à laquelle on préfère souvent la périphrase "atteint d'une longue maladie". C'est justement pour apprivoiser cette réalité qui s'impose à beaucoup, pour permettre de mieux cerner les enjeux médicaux, sociaux et politiques du cancer que l'exposition a été conçue par Maud Gouy et Laurence Caunézil, les deux commissaires. Ensemble, elles ont réfléchi à la façon dont elles pouvaient informer sans paniquer, intéresser sans déshumaniser, expliquer sans manipuler. Car, comme l'explique Maud Gouy :

Publicité

"À la Cité des sciences et de l'industrie, on fait beaucoup de manips, où on interagit. Là, on s'est dit on ne va pas 'jouer' avec le cancer. Donc on présente de grandes installations audiovisuelles et entre chacune on met des 'totems', réalisés par des artistes pour donner plus de corps à l'exposition."

Le cancer est une maladie qui existe dans tout le monde animal

Le crabe attend les visiteurs au début de l'exposition
Le crabe attend les visiteurs au début de l'exposition
- T.S.

L'exposition débute par un crabe géant en grillage, qui vise à "décentrer le visiteur", explique la commissaire. Sur son dos sont projetées des images d'animaux et de cellules qui montrent à quel point le "cancer" - autrement dit la mutation des cellules - est inhérent au cycle de la vie. Puis, une fois franchi le seuil avec ce grand crabe, le visiteur se trouve au centre de plusieurs "igloos" lumineux qui présentent plusieurs aspects de la maladie. Maud Gouy nous conduit à travers cette première étape :

"Le cancer existe depuis plus de 500 millions d'années."

3 min

Au centre de la pièce se situe une première galerie, ou igloo, de couleur jaune. Il s'agit d'une sorte de petit planétarium où l'on est invité à s'asseoir sous un dôme pour regarder un film d'animation qui explique la "cancérogenèse", c'est-à-dire ce qui fait qu'une cellule devient cancéreuse.

Au centre de l'exposition, un film explique comment les cellules mutent.
Au centre de l'exposition, un film explique comment les cellules mutent.
- Romain Moretto

Puis le visiteur peut déambuler entre différents modules. L'un des premiers présente la "déflagration" que constitue l'annonce de la maladie, à travers un film d'animation et à travers des témoignages recueillis sur internet ou sur les sites d'associations de patients, dont les droits ont été négociés. Maud Gouy revient sur ces premiers modules :

"On donne des informations claires qui permettent de comprendre les mutations génétiques."

5 min

Onze projets mis en avant dans le module consacré à la recherche

Images d'organoïdes, des structures qui miment les cellules cancéreuses.
Images d'organoïdes, des structures qui miment les cellules cancéreuses.
- Cité des sciences

L'un des igloos revient, lui, sur la recherche scientifique et présente onze projets de chercheurs et de chercheuses. Loin de s'en tenir aux seules avancées médicales, l'exposition présente aussi des études en sciences humaines et sociales. Laurence Caunézil, qui a une formation en philosophie et muséographie, explique comment les thèmes ont été choisis, grâce au comité scientifique qui a aidé à la préparation de l'exposition. Sur plusieurs écrans, on peut choisir le projet que l'on souhaite entendre, et le chercheur ou la chercheuse nous explique alors, le plus simplement possible, en quoi consiste son travail. Laurence Caunézil :

Avec le directeur du pôle recherche et innovation à l'INCA, nous avons choisi onze projets dont plusieurs sont porteurs d'espoir."

3 min

Voici un exemple de projet présenté dans l'exposition : l'immunologiste Karine Tarte, responsable de l'unité de recherche Mobidic à Rennes, raconte pourquoi et comment elle s'intéresse aux cellules non tumorales qui forment une "niche" autour des cancers. Extrait :

Karine Tarte revient sur ses travaux.

5 min

L'Invité(e) des Matins
41 min

Chaque cancer est traité de façon individuelle

Plus loin, on découvre le parcours type de quatre malades qui souffrent de quatre cancers particulièrement fréquents. Il s'agit d'une fiction qui décrit néanmoins de façon très réaliste et très précise tout ce qui se joue pendant la période des soins. Ce film est interprété par des acteurs, explique Maud Gouy, qui revient sur ce qu'elle considère comme l'un des "cœurs" de l'exposition :

"C'est comme une pièce de théâtre en quatre actes, on suit quatre personnes qui ont un cancer."

3 min

La fin de l'exposition, mais cela peut aussi être le début, tout dépend comment l'on souhaite déambuler entre les igloos, s'intéresse à la question du cancer dans la société : comment les associations ont œuvré pour faire accepter les malades, quelles sont les politiques de prévention à l’œuvre aujourd'hui. Maud Gouy, puis Laurence Caunézil nous présentent cette dimension non médicale, mais cruciale :

Le totem qui répond à tout ce que l'on a toujours voulu savoir.
Le totem qui répond à tout ce que l'on a toujours voulu savoir.
- Romain Moretto

"On répond à toutes les questions, comme par exemple : est-ce que le jeûne est bénéfique pour le cancer ?"

4 min

Alors que le cancer reste une maladie dont on ne parle pas beaucoup, bien que l'on croit la connaître, Laurence Caunézil puis Maud Gouy reviennent sur ce qu'elles veulent transmettre au public à travers cette exposition :

"On espère que les gens vont laisser leurs idées reçues à la maison et que malgré des tristesses, ils viendront s'informer."

2 min

Le Reportage de la Rédaction
4 min

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L'équipe