Le candidat Rassemblement National dans la 7eme circonscription du Pas-de-Calais, Marc de Fleurian, fait campagne sur le marché de Marck.
Le candidat Rassemblement National dans la 7eme circonscription du Pas-de-Calais, Marc de Fleurian, fait campagne sur le marché de Marck.
Le candidat Rassemblement National dans la 7eme circonscription du Pas-de-Calais, Marc de Fleurian, fait campagne sur le marché de Marck. ©Radio France - Julie Pacaud
Le candidat Rassemblement National dans la 7eme circonscription du Pas-de-Calais, Marc de Fleurian, fait campagne sur le marché de Marck. ©Radio France - Julie Pacaud
Le candidat Rassemblement National dans la 7eme circonscription du Pas-de-Calais, Marc de Fleurian, fait campagne sur le marché de Marck. ©Radio France - Julie Pacaud
Publicité
Résumé

Les Républicains pourront-ils encore contenir l'avancée du Rassemblement national dans les Hauts-de-France ? Après avoir conquis cinq circonscriptions aux dernières élections législatives, le RN espère notamment mettre la main sur la 7e circonscription du Pas-de-Calais.

En savoir plus

Dans la 7e circonscription du Pas-de-Calais, Marine Le Pen est arrivée en tête lors du second tour de l'élection présidentielle avec 60% des suffrages. Au premier tour, la candidate RN a engrangé cinq points de plus dans ce territoire, situé sur le littoral, au nord du département. Porté par cette dynamique, le Rassemblement national espère conquérir la circonscription aux législatives en juin prochain, l'un des objectifs de conquête du parti à la flamme dans les Hauts-de-France.

Au marché de Marck-en-Calaisis, commune de 11 000 habitants, le candidat RN, Marc de Fleurian, est plutôt bien accueilli par les commerçants qui l'interpellent sur le pouvoir d'achat, la réforme des retraites ou encore sur la situation migratoire à Calais, ville limitrophe. L'un des habitants déplore ainsi que les "migrants soient trop nombreux" dans la ville. Cet électeur qui vote Le Pen depuis 30 ans est préoccupé par la délinquance. A ses côtés, sa conjointe se montre plus inquiète sur le pouvoir d'achat, "on ne s'en sort plus" dit-elle. Mais tous deux regrettent que "Marine ne soit pas encore passée". "Ce n'est pas parce qu'on vote Le Pen qu'on est raciste" justifie-t-elle, interrompue par son conjoint "un petit peu quand même." Des préoccupations auxquelles le candidat RN entend répondre en faisant campagne sur "un pied droit" explique t-il, "avec le rétablissement de la sécurité et la lutte contre l'immigration clandestine, et sur un pied gauche avec les thèmes portés par Marine Le Pen durant la campagne présidentielle, sur la question du pouvoir d'achat, des services publics dans la ruralité et la France périphérique", détaille Marc de Fleurian. Selon lui, ces "deux pieds, le régalien et le quotidien" ont permis à Marine Le Pen d'arriver en tête dans la circonscription lors de la présidentielle, avec près de 40% des suffrages obtenus au premier tour, plus de 60% au second, soit une hausse de cinq points par rapport à la dernière présidentielle.

Publicité

Une circonscription socialiste durant 30 ans qui bascule à droite en 2017

Pourtant lors des élections législatives de 2017, c'est le candidat Les Républicains Pierre Henri-Dumont, maire de Marck qui a été élu au deuxième tour avec 60% des suffrages, face au candidat RN de l'époque, Philippe Olivier, beau-frère de Marine Le Pen. Le député sortant, qui dénonce le parachutage de Marc de Fleurian, espère capitaliser sur son bilan et son ancrage territorial pour être reconduit dans ses fonctions. Située en bord de mer, cette circonscription comprend une ville centre, Calais où est rassemblée 50% de la population et 24 autres communes, dont une partie rurale. "On est donc une circonscription à la fois urbaine et rurale, elle est donc un peu particulière et l'ancrage territorial est extrêmement important, l'attachement à la personne y est extrêmement fort, on ne vote pour l'étiquette" fait valoir l'élu né à Grande-Synthe avant d'égrainer les grands enjeux du Calaisis.

Le député LR de la 7eme circonscription du Pas-de-Calais, Pierre-Henri Dumont.
Le député LR de la 7eme circonscription du Pas-de-Calais, Pierre-Henri Dumont.
© Radio France - Julie Pacaud

"C'est la circonscription du Tunnel sous la Manche, du port de Calais. J'ai eu à gérer le Brexit et j'ai obtenu des avancées importantes, en particulier le retour du duty free dans le Tunnel sous la Manche. La situation migratoire est résultante de cette proximité avec le Royaume-Uni. Il faut trouver des solutions pour arrêter d'avoir ce point de fixation, ce chapelet de morts dans la Manche et ces migrants dans les mains des migrants. En temps qu'élu local, on en a marre d'enterrer toutes les deux à trois semaines des gens au carré des indigents du cimetière de Marck."

Si la crise migratoire est un sujet important localement, "ce n'est pas le sujet central"  reconnait le parlementaire. Dans le Calaisis, un jeune de moins de 30 ans sur trois vit sous le seuil de pauvreté, et le chômage frôle les 12% de la population active. L'attractivité économique et l'emploi font partie des combats menés par le député, tout comme la formation des jeunes. Et si la candidate LR Valérie Pécresse a essuyé une sévère défaite à la présidentielle, Pierre-Henri Dumont, proche du ténor et président de région Xavier Bertrand, tient la dragée haute au candidat du RN.

Henri Waroczyk, candidat Ensemble! dans la 7eme circonscription du Pas-de-Calais - Julie Pacaud / Radio France
Henri Waroczyk, candidat Ensemble! dans la 7eme circonscription du Pas-de-Calais - Julie Pacaud / Radio France
© Radio France - Julie Pacaud

Mais un troisième homme pourrait venir perturber ce duel, le candidat investi par la majorité présidentielle. Henri Waroczyk, conseiller municipal de Calais et vice-président de l'agglomération, il promet d'avoir l'écoute de l'exécutif. Cet ancien proviseur est en effet proche de l'influente Natacha Bouchart, la maire LR de Calais élue en 2008, qui a soutenu Emmanuel Macron à la présidentielle dès le mois février dernier. S'appuyant sur le bilan l'édile, Henri Wazoczyk veut poursuivre les efforts entrepris sur le front de l'emploi. "Le chômage baisse à Calais, il était de 16 à 17% il y a cinq ans", argumente le candidat Ensemble!. "On est sur une pente ascendante, d'ici quelques années Calais ira mieux, on va créer encore des emplois, mais pour cela on a besoin du gouvernement. C'est pourquoi il faut voter pour un député de la majorité."

Cette circonscription est donc une "circo compliquée" pour la gauche, d'après les mots de Jean-Pierre Moussally, le candidat investi par la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale. Elu municipal et communautaire à Calais et secrétaire local d'EELV, il ne s'attendait pas à endosser les couleurs de la Nupes pour les législatives. "C'était une surprise car cette circonscription n'est pas favorable, encore plus pour un candidat issu d'EELV. Et de manière générale, les Hauts-de-France sont une terre de mission car on sait que les problématiques locales touchent plus à la fin du mois qu'à la fin du monde." Mais le candidat tient néanmoins à faire entendre une autre voix en portant le programme social de la NUPES : SMIC à1500 euros, garantie d'autonomie pour les jeunes et en insistant sur des mesures environnementales locales, car le territoire de la côte d'Opale est soumis au risque de submersion marine avec le changement climatique.

Les composantes de la Nupes autour du candidat EELV Jean-Pierre Moussally.
Les composantes de la Nupes autour du candidat EELV Jean-Pierre Moussally.
© Radio France - Julie Pacaud

Dans les Hauts-de-France, Europe Ecologie-Les Verts, le Parti socialiste, le Parti communiste et la France insoumise s'étaient déjà rassemblés lors des élections régionales en 2021. La liste emmenée par l'écologiste Karima Delli, était arrivée troisième à l'issue du second tour, derrière le LR Xavier Bertrand et le RN Sébastien Chenu.

Six autres candidats se présentent aux élections législatives dans la 7eme circonscription du Pas-de-Calais :

-François Descamps (Sans étiquette)

-Isabelle Fatoux (Sans étiquette)

-Dominique Niszczota (Parti animaliste)

-Laurence Leprêtre (Sans étiquette)

-Philippe Vasseur (Mouvement des Citoyens)

-Frédéric Berteloot (Sans étiquette)

-Françoise Millot (Lutte ouvrière)

Références

L'équipe

Julie Pacaud
Journaliste