Tractage sur le marché de la Guerche-de-Bretagne à moins de deux semaines du premier tour des législatives ©Radio France - Rosalie Lafarge
Tractage sur le marché de la Guerche-de-Bretagne à moins de deux semaines du premier tour des législatives ©Radio France - Rosalie Lafarge
Tractage sur le marché de la Guerche-de-Bretagne à moins de deux semaines du premier tour des législatives ©Radio France - Rosalie Lafarge
Publicité
Résumé

La Bretagne l’a confirmé au mois d’avril : elle reste une terre favorable à Emmanuel Macron. En Ille-et-Vilaine, le Président est arrivé en tête au premier tour dans toutes les circonscriptions, et c’est dans la cinquième qu’il a réalisé son meilleur score avec près de 37% des voix.

En savoir plus

De la ville principale, Vitré, aux communes de Janzé et Chateaugiron, juste à l’est de Rennes, en passant par les territoires plus ruraux autour de La Guerche-de-Bretagne et Martigné-Ferchaud, le 10 avril 2022, la cinquième circonscription d’Ille-et-Vilaine a clairement affirmé son souhait de voir Emmanuel Macron continuer à présider la France pour cinq ans supplémentaires. Choisi par près de 37% des électeurs, il s’est classé premier, reléguant ses adversaires loin derrière. Marine Le Pen au Rassemblement national est deuxième avec un peu plus de 19% des voix, quand Jean-Luc Mélenchon à La France insoumise arrive juste en dessous des 17%.

Est-il pour autant permis de penser que les jeux sont faits pour les élections législatives des 12 et 19 juin ? Aucun candidat de cette circonscription, pas même la sortante LREM, ne l’affirme à moins de quinze jours d’un scrutin aux multiples données inconnues.

Publicité
13 min

La gauche unie croit en ses chances

La gauche veut ainsi croire que rien n’est joué. "C’est le moment où tous les enjeux que nous portons sur le terrain depuis un bout de temps déjà, se retrouvent au niveau national", affirme en ce sens l’Insoumis Gilles Renault. Il est celui à qui la Nupes, la nouvelle union populaire écologique et sociale, a choisi de faire confiance dans ces terres qu’on dit traditionnellement acquises au centre droit.

"Aujourd’hui, les services publics qui ferment, ça se voit à Vitré, mais ça se voit partout, la bifurcation écologique et les transitions agricoles c’est particulièrement criant ici, mais c'est aussi un enjeu qu'on voit partout, la santé, c’est également le même enjeu sur tout le territoire. Alors la gauche a son mot à dire à partir du moment où on arrête de parler de centre droit. On est sur la limitation de l’ISF, la fermeture des services publics, et l’absence d’action climatique. Donc on est sur de la droite pure et dure", tranche ce professeur d'éducation physique et sportive à l'université de Rennes II, pour qui l'alternative est donc à gauche.

Gilles Renault, candidat de la Nupes dans la 5è circonscription d'Ille-et-Vilaine
Gilles Renault, candidat de la Nupes dans la 5è circonscription d'Ille-et-Vilaine
© Radio France - Rosalie Lafarge

La droite traditionnelle espère...

Sauf que cet héritage du centre droit, un candidat le revendique. Jonathan Houillot, conseiller municipal, conseiller départemental et directeur de cabinet à la mairie de Vitré, est l’homme de la droite et du centre (LR / UDI) pour cette élection. "Il est important d’avoir des convictions lorsqu’on s’engage et d’être clair avec les électeurs, de leur dire ce sur quoi on se positionnera. On a besoin de députés libres qui agiront véritablement en fonction de l’intérêt général, sans être soumis à un parti qui rassemble largement du centre droit au centre gauche mais sans véritables convictions. Moi, j’ai des convictions, et ce sont celles-ci que je souhaite défendre, avec en tête avant tout, l’intérêt du territoire", souligne-t-il, revendiquant le soutien des figures locales de la droite et du centre.

Sur les marchés et en réunion publique, Jonathan Houillot insiste, comme les autres candidats, sur le pouvoir d’achat, la santé et l’écologie. Mais aussi sur la sécurité. Et sur ce dernier thème, il n’est pas seul. L’extrême-droite est là, convaincue d’être l’unique opposition crédible au macronisme.

Jonathan Houillot, candidat de la droite et du centre (LR/UDI) dans la 5è circonscription d'Ille-et-Vilaine
Jonathan Houillot, candidat de la droite et du centre (LR/UDI) dans la 5è circonscription d'Ille-et-Vilaine
© Radio France - Rosalie Lafarge

.... malgré la concurrence de l'extrême droite

"Ce qui s’est passé à la présidentielle, c’est que beaucoup de candidats ont servi Macron, notamment Mélenchon et Pécresse", pose d’emblée Françoise Gilois, investie par le RN dans cette circonscription où elle ne vit pas. Exploitante agricole en terres voisines, elle assure que les thèmes mis en avant par Marine Le Pen trouvent ici de l’écho, même si elle sent toujours une certaine réticence des électeurs à voter Rassemblement National.

"Le changement leur fait peur, ils n’ont jamais essayé le RN, donc ils se maintiennent dans ce qu’ils pensent être un certain confort. Sauf que cela n’en est pas un, cela présage d’une destruction du social, d’une destruction de l’agriculture. Et le problème, c’est que les Français ne sont pas représentés à l’Assemblée nationale, donc on va essayer de faire en sorte qu’il y ait un rééquilibrage", explique-t-elle.

Françoise Gilois, candidate du Rassemblement national dans la 5è circonscription d'Ille-et-Vilaine
Françoise Gilois, candidate du Rassemblement national dans la 5è circonscription d'Ille-et-Vilaine
© Radio France - Rosalie Lafarge

Mais sur sa route, le RN retrouve la concurrence de Reconquête, le parti d’Eric Zemmour, incarné, dans cette cinquième circonscription d’Ille-et-Vilaine, par Marie de Blic. "Je suis la candidate d’union des droites", précise d'entrée de jeu celle qui se rattache avant tout au parti Via, la voie du peuple. Axant sa campagne surtout autour de la lutte contre le trafic de drogue et de ce qu’elle appelle "l’évolution des populations", cette mère de famille estime que tout est encore possible, même si Eric Zemmour a fait ici moins de 4%, arrivant derrière les 4,7% de Valérie Pécresse. Elle reste d’ailleurs surprise de ce score, encore aujourd’hui. "Les retours que nous avions sur le terrain, ce n’était pas ça du tout, donc je ne désespère pas, parce que quelque fois, je me rends compte qu’il y a des personnes à qui on dit 'Zemmour' et avec qui tout de suite, il n’y a plus moyen de parler. Sauf que du coup, j’y vais avec plus de précautions, j’explique les choses, et en réalité, quand on explique bien, les gens sont d’accord", assure Marie de Blic.

Marie de Blic, candidate investie par Reconquête dans la 5è circonscription d'Ille-et-Vilaine
Marie de Blic, candidate investie par Reconquête dans la 5è circonscription d'Ille-et-Vilaine
© Radio France - Rosalie Lafarge

La puissance du macronisme, validation du bilan présidentiel ?

Ce n’est logiquement pas ce qu’observe la députée sortante, absolument "pas sûre que, sur cette circonscription, les citoyens partent vers les extrêmes". Sans considérer que les jeux sont faits, la Marcheuse Christine Le Nabour-Cloarec, candidate de la majorité présidentielle, ne peut que constater le soutien très fort des électeurs de son territoire au macronisme. "C'est dû au fait aussi que nous sommes sur un territoire où il fait bon vivre, la qualité de vie y est bonne. Globalement bien sûr. Attention, il y a encore des gens qui souffrent, des communes rurales qui ont besoin de se développer, on a encore des gens qui ont des problèmes de mobilité, de logement, d’accès aux soins. Tout n’est pas rose, mais nous sommes sur une circonscription à fort dynamisme économique et à faible taux de chômage, et c’est peut-être pour cela qu’il y a moins de gens qui désirent le changement. Mais on voit bien qu’il y a beaucoup d’inconnues, donc je reste très humble".

Parmi ces inconnues, le taux de participation. Au premier tour des dernières législatives, en 2017, les Bretons se sont déplacés, certes plus que la moyenne nationale, mais moins que 5 ans auparavant.

Christine Le Nabour-Cloarec, députée sortante et candidate de la majorité présidentielle dans la 5è circonscription d'Ille-et-Vilaine
Christine Le Nabour-Cloarec, députée sortante et candidate de la majorité présidentielle dans la 5è circonscription d'Ille-et-Vilaine
© Radio France - Rosalie Lafarge

Les autres candidats déclarés dans cette circonscription

- Marion Stubert, Parti animaliste

- Pamela Deline, divers

- Michel Austerlitz, divers gauche

- Christelle Jarny, Lutte ouvrière

- Denis Beaurain, droite souverainiste