Andréa Kotarac, ex-conseiller régional La France insoumise et  ancien responsable national des jeunes du Parti de gauche, a été investi par le Rassemblement national comme tête de liste aux municipales à Lyon, candidat à la présidence de la Métropole ©AFP - Yann Castanier / Hans Lucas
Andréa Kotarac, ex-conseiller régional La France insoumise et ancien responsable national des jeunes du Parti de gauche, a été investi par le Rassemblement national comme tête de liste aux municipales à Lyon, candidat à la présidence de la Métropole ©AFP - Yann Castanier / Hans Lucas
Andréa Kotarac, ex-conseiller régional La France insoumise et ancien responsable national des jeunes du Parti de gauche, a été investi par le Rassemblement national comme tête de liste aux municipales à Lyon, candidat à la présidence de la Métropole ©AFP - Yann Castanier / Hans Lucas
Publicité
Résumé

Comme ailleurs, la macronie part divisée à Lyon et dans sa métropole, les Républicains doivent remonter la pente, les écologistes sont donnés très haut et dans ce paysage morcelé, le Rassemblement National entend faire un gros score, surtout en périphérie.

En savoir plus

Les 15 mars et 22 mars prochains, les habitants des 59 communes de la Métropole de Lyon vont voter pour élire leur maire mais aussi pour 150 conseillers métropolitains et le président de la Métropole de Lyon. Un scrutin métropolitain inédit et unique en France qui concerne 1,4 million d'habitants. Pour briguer ce poste à la tête de l'ancien Grand Lyon aux pouvoirs élargis, le Rassemblement national a désigné un jeune ambitieux, Andréa Kotarac, 30 ans seulement, transfuge de la France insoumise.   

Mathilde Imberty l’a suivi dans sa circonscription celle de Vaulx-en-Velin, dans l’Est lyonnais, et a interrogé la maire socialiste de la ville Hélène Geoffroy, ainsi que Christophe Quiniou, maire sortant Les Républicains de Meyzieu. 

Publicité

Au moment où les cartes sont rebattues dans la métropole lyonnaise, terre macroniste par excellence : 14 circonscriptions, 14 députés En Marche.

Aucun pronostic ne tient sérieusement selon le politologue Romain Meltz, du laboratoire Triangle, à Lyon : 

La métropole existe depuis 2014 et personne ne sait que cela existe. Il y a des enjeux très différents entre Francheville et Corbas, et les gens ne peuvent pas penser de la même manière, ne peuvent pas s'ordonner autour des mêmes clivages. Donc cela ne va pas faire de majorité avant un troisième tour qui fera une absence de majorité mais une espèce de composition de majorité autour d'un programme hyper tiède parce qu'il faudra rajouter des bouts de bouts pour arriver à une majorité.

Les candidats à la présidence de la Métropole :

  • Andréa Kotarac (Rassemblement National).
  • François-Noël Buffet (Les Républicains).
  • Eric Lafond (100 % Citoyens)
  • Gérard Collomb (En Marche).
  • David Kimelfeld (dissident-En Marche).
  • Bruno Bernard (Europe-Ecologie-Les Verts).
  • Renaud Payre (PS, PCF, Generation.s et alliés de gauche).
  • Olivier Minoux (Lutte Ouvrière)
4 min