Le bar du Mistral, sur la célèbre place éponyme, lors de l'un des derniers jours de tournage de la série Plus belle la vie, à Marseille, le 27 septembre 2022
Le bar du Mistral, sur la célèbre place éponyme, lors de l'un des derniers jours de tournage de la série Plus belle la vie, à Marseille, le 27 septembre 2022 ©Radio France - Fiona Moghaddam
Le bar du Mistral, sur la célèbre place éponyme, lors de l'un des derniers jours de tournage de la série Plus belle la vie, à Marseille, le 27 septembre 2022 ©Radio France - Fiona Moghaddam
Le bar du Mistral, sur la célèbre place éponyme, lors de l'un des derniers jours de tournage de la série Plus belle la vie, à Marseille, le 27 septembre 2022 ©Radio France - Fiona Moghaddam
Publicité

Lancé il y a dix-huit ans sur France 3, ce feuilleton - le plus ancien diffusé quotidiennement - disparaîtra des écrans le 18 novembre prochain. Intégralement tournée à Marseille, 'Plus belle la vie' a contribué à améliorer l'image de la ville et à y développer l'industrie audiovisuelle.

Le 29 septembre dernier, les lumières de l'emblématique place du Mistral, dans les studios de la Belle de mai à Marseille, se sont éteintes définitivement. Après dix-huit ans de présence sur France 3, France Télévisions a décidé de mettre fin à la diffusion de la plus ancienne série française quotidienne, 'Plus belle la vie', à compter du 18 novembre prochain. Si cet arrêt mécontente sans doute les quelque deux millions de fidèles de la série en France et ses aficionados à l'étranger - Plus belle la vie est diffusée en Belgique, en Suisse, en Finlande ou au Canada, il laissera aussi un certain vide à Marseille, durablement marquée par son implantation.

Plus belle la vie est née en 2004, de l'envie du service public de "proposer une téléréalité intelligente", explique Muriel Mille, maîtresse de conférences en sociologie à l'université de Saint-Quentin-en-Yvelines et autrice d'une thèse sur le processus de fabrication de cette série. Ce "feuilleton quotidien qui raconte la vie des Français dans un quartier conçu comme populaire est la réponse à la nouvelle forme de programme qu'est la téléréalité", ajoute la sociologue.

Publicité

Muriel Mille, autrice d'une thèse sur Plus belle la vie

1 min

Muriel Mille est l'autrice d'une thèse sur Plus belle la vie, adaptée en BD
Muriel Mille est l'autrice d'une thèse sur Plus belle la vie, adaptée en BD
© Radio France - Fiona Moghaddam

Une autre image de Marseille

L'intrigue se déroule à Marseille où tous les épisodes ont été tournés depuis sa création, pour la plupart dans les studios de la Belle de mai dans le IIIe arrondissement. C'est là qu'ont été construits le bar du Mistral ainsi que la place éponyme, inspirée du bar des 13 coins, dans le plus ancien quartier marseillais, le Panier. Et même tous ces décors ne sont que fiction, "Cela a donné une image de Marseille et des Marseillais complètement différente, commente Marc Thépot, le président de l'Office de tourisme de Marseille. À l'époque, on voyait surtout les truands et là, on a donné l'image d'une ville bienveillante, avec la bonhomie des Marseillais et surtout de très belles cartes postales, que cela soit sur ce qui a été tourné en studio mais également en extérieur. Donc cela a rendu Marseille sympathique aux yeux des téléspectateurs." Et d'après Marc Thépot, de nombreux touristes parmi les cinq millions de visiteurs par an à Marseille viennent dans la ville grâce à la série.

À gauche, le bar des 13 coins dans le quartier du Panier à Marseille, à droite, l'emblématique bar du Mistral, sur le plateau de tournage de Plus belle la vie
À gauche, le bar des 13 coins dans le quartier du Panier à Marseille, à droite, l'emblématique bar du Mistral, sur le plateau de tournage de Plus belle la vie
© Radio France - Fiona Moghaddam

En dehors des touristes, toutes les équipes du feuilleton présentes à Marseille ont aussi permis d'occuper de manière récurrente les chambres d'hôtel de la ville pour un équivalent de 1 000 nuitées par an. Dans un hôtel le long du Vieux-Port où plusieurs acteurs et actrices avaient leurs habitudes depuis plusieurs années, l'un des responsables de l'établissement reconnaît que l'arrêt du tournage aura des conséquences financières. Même si aujourd'hui, c'est surtout "une aventure qui s'arrête car tout le personnel s'est beaucoup attaché" à ces clients un peu particuliers.

La plupart des décors de la série Plus belle la vie vont être démontés dans les prochaines semaines
La plupart des décors de la série Plus belle la vie vont être démontés dans les prochaines semaines
© Radio France - Fiona Moghaddam

600 emplois

Dans les studios de la Belle de mai, lors du tournage des dernières scènes, l'émotion est forte sur le plateau. Les claps de fin sont régulièrement accompagnés de longs applaudissements, synonymes de dernière scène jouée par l'un ou l'une des actrices présentes. Après dix ans de présence dans la série, Jérôme Bertin - le commandant Nebout à la télévision - admet qu'une partie de lui "continue d'espérer" que le feuilleton pourra perdurer, d'une manière ou d'une autre. "Un tel succès populaire ne peut pas s'éteindre comme cela. Et ce n'est pas qu'un succès populaire, c'est une émission qui a fait bouger les lignes de la société française. On a abordé des sujets très compliqués : l'homophobie, le harcèlement, les agressions sexuelles, la laïcité..." Le comédien s'inquiète par ailleurs pour les "600 emplois impactés directement par l'arrêt de 'Plus belle la vie'", l'équipe a donc créé des groupes WhatsApp pour s'échanger des tuyaux pour du travail... Du côté des RH, un accompagnement a été mis en place, avec des entretiens et des coachs pour aider les salariés psychologiquement, à refaire le CV, à se recréer un réseau... D'après la CGT Spectacle, quelque 30 000 contrats étaient signés à l'année pour les besoins du tournage.

Marina, régisseuse d'extérieur, travaille depuis dix ans pour le feuilleton, plusieurs semaines par an. Cette intermittente se dit "triste et dégoûtée" par l'arrêt de la série. "On reste confiants en l'avenir mais ce n'est pas facile, ce n'est pas facile d'appréhender l'année. En dix ans, j'ai refusé beaucoup de propositions venant de l'extérieur pour être à 'Plus belle la vie' donc c'est compliqué... Mais on se dit qu'il va y avoir plein de tournages et qu'on va y arriver !"

Le réalisateur Pascal Heylbroeck (à droite) travaille actuellement au montage de l'ultime épisode de Plus belle la vie, diffusé le 18 novembre 2022
Le réalisateur Pascal Heylbroeck (à droite) travaille actuellement au montage de l'ultime épisode de Plus belle la vie, diffusé le 18 novembre 2022
© Radio France - Fiona Moghaddam

En s'installant à Marseille, la série 'Plus belle la vie' a permis le développement d'un nombre conséquent de techniciens dans la région. "C'est une énorme école pour tous les postes, quel que soit le travail, constate Pascal Heylbroeck, qui réalise l'ultime prime de 'Plus belle la vie', diffusé le 18 novembre prochain (et qui pour le moment dure 1h40). Cela a été un vivier de formation pour le Sud, mieux qu'une école [à l'instar de Jason Roffé, ancien assistant aujourd'hui devenu l'un des réalisateurs de la série, [ndlr] ! Sur une quotidienne, on apprend très vite, on n'a pas le choix. Il y a un impératif de temps, on sait qu'on tourne tel jour, que cela passera tel jour à l'antenne. Donc il ne faut pas se tromper. En dix-huit ans, cela a donc permis une formation accélérée, ce serait gâché de ne pas s'en servir."

5 min

"Pas le Hollywood du Sud" mais la capitale méditerranéenne du cinéma

Cela tombe bien car les tournages devraient continuer de se développer à Marseille. Beaucoup de producteurs et réalisateurs affichent un intérêt croissant pour la ville, raconte la productrice de 'Plus belle la vie', Claire de la Rochefoucauld. "J'ai un copain producteur qui m'a appelée hier me demandant des noms de techniciens parce qu'il y a 13 tournages à Marseille d'ici décembre ! Les productions auraient tort de se priver de venir ici : il fait beau, il y a de superbes décors, il y a des techniciens, des comédiens... Et on sait que c'est de plus en plus difficile de tourner à Paris. Si demain je produisais quelque chose, je me poserai vraiment la question en premier de savoir si je peux le tourner à Marseille." France Télévisions s'est également engagée à investir dans de nouveaux projets télévisés dans la ville, à hauteur de 35,6 millions d'euros, soit à peu près l'équivalent du budget de 'Plus belle la vie'. "583 jours de tournage dans la région marseillaise sont prévus l'an prochain" a annoncé Delphine Ernotte, la présidente de France Télévisions dans un communiqué. Le président de la République Emmanuel Macron a d'ailleurs déclaré l'an dernier vouloir faire de Marseille la capitale méditerranéenne du cinéma.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Il y a quelques jours, Olivier Marchetti, le directeur de Provence Studios, l'un des plus importants studios de cinéma en France, a annoncé la transformation de l'usine de sucre Saint-Louis, implantée dans les quartiers nord de la ville, en studio de cinéma et de formation. En parallèle, la municipalité développe la formation avec la CinéFabrique qui vient d'ouvrir une antenne à Marseille et elle envisage d'ouvrir une maison des auteurs. Pour Jean-Marc Coppola, adjoint à la culture à la ville de Marseille (majorité de gauche), "On est sur l'idée, pas simplement d'accueillir des tournages et de subir l'intérêt quand ils viennent et le désintérêt quand ils partent comme 'Plus belle la vie' mais d'anticiper les choses, de les fixer. On sait qu'on a un certain nombre d'atouts. Il ne s'agit pas de développer le Hollywood du Sud mais il y a de la place et beaucoup de projets et d'idées de production donc il y a de quoi faire".

Quant aux studios de la Belle de mai, pour moitié occupés par 'Plus belle la vie', leur avenir n'est pas encore tranché. Ils appartiennent à la municipalité, la société de production Newen n'en est que la locataire. Dans un premier temps, les décors de la place du Mistral et du bar du Mistral ne seront pas démontés. La mairie souhaite les préserver pour des visites "car ce sont des décors emblématiques et des œuvres créées par des artisans et artistes" sans s'avancer sur le devenir des lieux à partir de 2023. "S'il y a d'autres projets de tournage, ils sont les bienvenus", conclut Jean-Marc Coppola, qui assure que dans tous les cas, les (bientôt) anciens studios de 'Plus belle la vie' resteront dans l'industrie culturelle et créative.

6 min