Arthur H, de fugue en fugue

Arthur H
Arthur H - Francesca Mantovani - Gallimard
Arthur H - Francesca Mantovani - Gallimard
Arthur H - Francesca Mantovani - Gallimard
Publicité

Le chanteur, Arthur H, est l'invité du Réveil Culturel pour la parution de son récit autobiographique, "Fugues".

Avec
  • Arthur H Chanteur, auteur, compositeur, interprète

Jeudi-musique

Tewfik Hakem s'entretient avec le chanteur, compositeur, auteur, Arthur H, à propos de son livre autobiographique Fugues, paru aux éditions Mercure de France

Fugues
Fugues
- Arthur H - Editions Mercure de France

J'ai une admiration fidèle à Bach depuis que je suis adolescent, et cela ne m'a jamais quitté. Pour les musiciens, Bach est toujours inspirant, on a toujours envie de se plonger dans son œuvre, de comprendre comment ça marche, une tonalité un peu cosmique, universelle qui me touche toujours. 

Publicité

La musique met l'univers en mouvement, donne une énergie, un sens, une direction. Et c'est ce que Bach fait toujours.

La fugue musicale est une forme précise, historique. Un thème qui se répète, et on brode autour de ce thème, on le transforme. Dans l'autre fugue - le fait de s'enfuir - il y a cette idée qu'on décide soi-même de sa propre liberté, on n'attend pas qu'on nous l'offre sur un plateau. C'est un acte assez radical. C'est violent, une fugue, ça coupe.

Fugues
Fugues
- Arthur H - Editions Mercure de France

Mon père, je le voyais très peu et ma mère essayait d'être normale. Je n'étais pas fils de hippies, j'avais une vie normale. J'étais très malheureux au lycée, parce que j'avais l'impression que je n'apprenais rien. Je me sentais inutile dans cet endroit. Au lycée, j'étais connu comme "le fils de Jacques Higelin", sauf moi, en fait : moi je ne me voyais pas comme ça, j'étais juste Arthur.                          
Ça a été très pesant assez longtemps. C'est devenu un mythe et donc, les gens vous projettent dans un mythe. Déjà qu'on vit dans l'illusion, alors là, il y avait encore plus d'illusion et de décalage avec la vraie réalité. 

La fugue, c'était surtout pour échapper à moi-même, pour vraiment vivre. Cette fugue a duré trois, quatre mois et puis après, je ne suis plus retourné au lycée. C'était un grand tournant. C'est un an 0 de sa propre individualité, c'est le premier choix personnel, qui en plus est un choix puissant. On sort des rails. 

Programmation musicale

Bande-annonce du livre "Fugues"
Jean-Sébastien Bach, L'art de la fugue, Arrangements pour cordes et basses par l'Academia Bizantina, dirigée par Otavio Dantone, 2017
Arthur H, Navigateur solitaire, 2014
Arthur H, General of love, 2018

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

A réécouter

Dans Les pieds sur terre de Sonia Kronlud, le 18 mai 2018 :

L'équipe