Audrée Wilhelmy : "Le rapport entre les femmes et la nature est d’actualité, ce sont deux forces qui s’éveillent en ce moment"

Audrée Whilelmy
Audrée Whilelmy - © Sandra La Chance
Audrée Whilelmy - © Sandra La Chance
Audrée Whilelmy - © Sandra La Chance
Publicité

Entretien avec l'écrivaine Audrée Wilhelmy qui signe un troisième roman fantasmagorique explorant la part animale que nous portons, où la nature module l'histoire comme un personnage à part entière et qui nous entraîne aux côtés d’une étrange famille qui questionne nos propres limites morales.

Avec
  • Audrée Wilhelmy écrivaine

Lundi livre

avec : Audrée Wilhelmy, écrivaine, pour Le corps des bêtes, aux éditions Grasset.

Je m’intéressais à ramener les humains dans un état plus primitif, plus proche des pulsions originelles dans un contexte où la civilisation ne vient pas nécessairement moduler les relations, donc dans un univers plus libre que le nôtre, plus sauvage aussi où les humains sont comme les autres animaux, des êtres avec des pulsions et avec peu de ressources pour y faire face.  
Je voulais créer un monde amoral pour confronter le lecteur à ses propres limites morales...

Publicité

Les questions de pulsions m’intéressent parce qu’elles sont ce qu’il y a de plus primaire en chacun de nous mais elles sont aussi universelles. Cet aspect universel et compliqué par l’univers social pour toutes sortes de raisons très légitimes, on le voit avec #metoo, je suis d’accord avec ce mouvement-là sauf que je trouve que la littérature peut être un espace où on vit, on explore, on prend conscience de ces pulsions-là pour justement mieux comprendre comment elles nous transforment dans la réalité. Mais aussi pour éviter que ces pulsions deviennent trop envahissantes dans le réel.

Le rapport entre les femmes et la nature est d’actualité, l’élément le plus intéressant c’est cette fusion-là entre les femmes et la nature, ce sont deux forces en ce moment qui s’éveillent, il y a aujourd'hui toutes sortes de courants mondiaux de femmes, et puis la nature commence à se fâcher et le signale explicitement. Je ne sais pas comment ces choses teintent ma façon d'écrire mais je le vois davantage après l’écriture.

L'équipe