Bruce Lee, Le gladiateur chinois - Editions Capricci, extrait couverture
Bruce Lee, Le gladiateur chinois - Editions Capricci, extrait couverture
Bruce Lee, Le gladiateur chinois - Editions Capricci, extrait couverture - Adrien Gombeaud, 2019
Bruce Lee, Le gladiateur chinois - Editions Capricci, extrait couverture - Adrien Gombeaud, 2019
Bruce Lee, Le gladiateur chinois - Editions Capricci, extrait couverture - Adrien Gombeaud, 2019
Publicité
Résumé

Rencontre avec le journaliste Adrien Gombeaud autour de la figure de Bruce Lee à qui il consacre un essai, "Bruce Lee, un gladiateur chinois"

avec :

Adrien Gombeaud (Journaliste et critique de cinéma).

En savoir plus

Lundi-livre

Tewfik Hakem s'entretient avec Adrien Gombeaud, journaliste, critique de cinéma, auteur d'un ouvrage consacré à l'acteur chinois le plus célèbre au monde en même temps que la plus grande star du cinéma d’arts martiaux : Bruce Lee. Bruce Lee, un gladiateur chinois est paru aux éditions Capricci. 

Bruce Lee : 1940-1973.  "Au début des années 1970, le monde entier observe, fasciné, un jeune Chinois jongler avec un nunchaku. Le fléau danse autour de son corps à moitié nu, il souffle, pousse des cris féroces, avec au fond du regard une étincelle de folie. Big Boss, La Fureur de vaincre, La Fureur du dragon, Opération Dragon… En quatre films, Bruce Lee impose les arts martiaux au cinéma. À 32 ans seulement, il est à la veille de sa mort. " (Adrien Gombeaud)

Publicité

J'étais à Hong-Kong quand les manifestations ont commencé. Pour tous ces jeunes qui manifestent, qui ne l'ont pas connu, Bruce Lee est un drapeau. Il est Chinois pour les Chinois, pour les Hong-Kongais, il est le symbole de l'esprit hong-kongais. Je pense qu'il a connu plusieurs époques ; il était rebelle au sens très commun du terme, et rebelle au sens où il a créé sa propre école contre l'ordre établi.

Un gladiateur chinois, c'est celui qui va se battre dans l'arène occidentale et triompher. Bruce Lee devient une sorte de star des arts martiaux. Je crois qu'il s'est concentré sur les arts martiaux parce que c'était son seul mode d'expression. 

Big Boss, premier film majeur de Bruce Lee. 1971. Il interprète Cheng, un jeune émigrant chinois parti chercher  du travail en Thaïlande. Embauché dans une fabrique de glace, Cheng découvre que son usine sert de façade à de redoutables trafiquants de  drogue...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Parce qu'il est un rebelle au départ, il n'arrivait pas à communiquer avec les réalisateurs, les producteurs. C'est quand il est devenu star des arts martiaux qu'il a pu percer au cinéma.  

Quoique ridiculisé par Tarantino l'été dernier en 2018 dans son "Once Upon a Time in Hollywood", Bruce Lee demeure intouchable. Parce qu'il était Chinois, parce qu'il travaillait trois fois plus pour gagner trois fois moins que les autres, il y a une vraie douleur chez lui que Tarantino n'a pas su rendre.

Extrait "The Game of Death" (Le Jeu de la mort). Film hongkongais de Bruce Lee commencé en 1972. Après la mort de l'acteur en 1973, le film est repris par Robert Clouse et sort en 1978.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Bruce Lee est incontournable pour tous ces comédiens touchés de près ou de loin par les arts martiaux. Il est né aux États-Unis, à San Francisco, il grandit à Hong-Kong, avant de retourner aux États-Unis. Il parle parfaitement anglais. Il est le premier à avoir eu l'idée d'exporter les arts martiaux dans le monde du cinéma. Personne ne l'avait fait avant lui. 

Adrien Gombeaud, invité du Réveil Culturel, France-Culture, 11 décembre 2019
Adrien Gombeaud, invité du Réveil Culturel, France-Culture, 11 décembre 2019
© Radio France - Corinne Amar

Programmation musicale

Extrait du film Le jeu de la mort, musique John Barry,1972

Archive. Interview mythique avec la voix de Bruce Lee : "Sois comme l'eau mon ami", une sorte de mantra que l'acteur s'était approprié alors que la phrase n'était pas de lui, mais qui exprimait sa philosophie. 

Références

L'équipe

Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Production
Vincent Abouchar
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration