Vue sur les travaux de rénovation de la Grande Mosquée des Omeyyades à Alep, août 2018.
Vue sur les travaux de rénovation de la Grande Mosquée des Omeyyades à Alep, août 2018.
Vue sur les travaux de rénovation de la Grande Mosquée des Omeyyades à Alep, août 2018. ©AFP - George Ourfalian
Vue sur les travaux de rénovation de la Grande Mosquée des Omeyyades à Alep, août 2018. ©AFP - George Ourfalian
Vue sur les travaux de rénovation de la Grande Mosquée des Omeyyades à Alep, août 2018. ©AFP - George Ourfalian
Publicité
Résumé

Rencontre avec la journaliste, grand reporter, Cécile Hennion qui donne la parole à des exilés syriens dans un recueil de témoignages intitulé "Le Fil de nos vies brisées, Portraits de Syriens en exil".

avec :

Cécile Hennion (journaliste au Monde, correspondante de guerre pendant 15 ans).

En savoir plus

Lundi-livre

Tewfik Hakem s'entretient avec Cécile Hennion, journaliste au Monde, et correspondante à Beyrouth de 2009 à 2013, pour la parution de son livre, Le fil de nos vies brisées, Portraits de Syriens en exil, aux éditions Anne Carrière.

Cécile Hennion
Cécile Hennion
- Laurent Van der Stockt

Je ne suis jamais allée à Alep et, malheureusement, je ne la verrai jamais. Alep, c'était un peu le point zéro de notre histoire, quelque chose qui appartient à notre patrimoine et une ville à laquelle tous nos ancêtres autour de la Méditerranée pouvaient se rattacher.

Publicité

Ce qui est poignant avec eux, c'est qu'ils avaient la vigueur de la jeunesse et ses idéaux, sans doute réservés à cet-âge là, qui leur faisaient penser qu'eux pourraient, contrairement à leurs pères ou à leurs grand-pères, changer leur monde. Ce qui est tragique, c'est de voir à quel point leur innocence, leur jeunesse s'arrête de façon aussi brutale, par les combats, par les bombardements, par les destructions qui s'abattent autour d'eux. 

On a tellement essayé de décrypter cette guerre en ne prenant qu'un seul angle. Par exemple, des problèmes économiques, la sécheresse, des problèmes générationnels et évidemment, la fatalité géopolitique.

Première page du livre "Le fil de nos vies brisées, Portraits de Syriens en exil"
Première page du livre "Le fil de nos vies brisées, Portraits de Syriens en exil"
- Cécile Hennion - Editions Anne Carrière

Le but, ici, était de prendre des voix qui allaient être forcément un petit peu dissonantes mais qui allaient nous brosser un tableau qui serait juste. 

C'est une ville qui est tellement détruite que leurs habitants ne reconnaissent même plus le tracé du chemin qu'ils empruntaient tous les jours, qu'on peut sortir pour aller chercher à manger et revenir chez soi cinq minutes plus tard pour découvrir que la maison et ses habitants ont disparu dans ce laps de temps. 

L'histoire continue. Et tous ces gens ont en commun une force vitale extraordinaire. Ils ne sont plus dans la survie, qui est la bataille dans l'immédiat de ne pas mourir, ils sont déjà dans un avenir, et ils continuent dans des associations ou dans des groupes à militer pour une justice. 

Programmation musicale

Waed Bouhassoun, À Alep, 2016
Adib Al-Dayikh, Bayyat Urfa mode, 1994

Archive

Le débat sur France 24, le 10 février 2016 (extrait)

A réécouter

Dans Dimanche, et après ? par Olivia Gesbert, le 8 mai 2016 :

45 min
Références

L'équipe

Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Production
Vincent Abouchar
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration