Pif, 50 ans d'humour
Pif, 50 ans d'humour - Christophe Quillien © éd. Hors Collection
Pif, 50 ans d'humour - Christophe Quillien © éd. Hors Collection
Pif, 50 ans d'humour - Christophe Quillien © éd. Hors Collection
Publicité

Entretien avec le passionné de BD, Christophe Quillien, qui rend hommage au fameux magazine, "Pif Gadget", dans un album : "Pif Gadget, 50 ans d'humour, d'aventures et de BD.

Avec

Vendredi-BD

Tewfik Hakem s'entretient avec Christophe Quillien, auteur de Pif Gadget, l'album des 50 ans, paru chez Hors Collection, qui évoque pour nous l'histoire du magazine, avec la figure de Pif le Chien, les débuts de Rahan et de Corto Maltese, les personnalités de José Cabrero Arnal, Gotlib, Mandryka, ou Pratt ...

Il y a toujours eu ce double aspect dans le numéros de Pif : s'amuser et apprendre. Ce qui est amusant, c'est que Pif n'a pas marqué les esprits, ce n'était pas le personnage le plus important dans le journal.

Publicité
Pif, l'album des 50 ans
Pif, l'album des 50 ans
- Christophe Quillien @ Ed. Hors Collection

J'avais des parents militants communistes, j'habitais Issy-les-Moulineaux. Le dimanche matin, mon père allait acheter "L'Huma" et me rapportait  "Pif Gadget".

C'est le dessinateur de BD espagnol José Cabrero Arnal, qui dessinait pour L'Humanité, qui a créé "Placid et Muzo"- un grand succès - avant de créer "Pif le Chien", en 1949. 

Pif Gadget,  l'album des 50 ans
Pif Gadget, l'album des 50 ans
- Christophe Quillien @ Ed. Hors Collection

En 1969, Hugo Pratt qui travaillait pour une revue italienne, en Italie, rencontre Georges Rieu, le rédacteur en chef de "Pif Gadget" qui lui dit: - Si vous venez à Paris, vous travaillerez pour nous. Hugo Pratt pense à son personnage Corto Maltese, et c'est comme ça que Corto Maltese est arrivé dans le journal de Pif, en 1970.

A écouter aussi : l'entretien avec le fils du créateur de "Rahan", le héros préhistorique culte de la BD des années 70, à l'occasion d'une rétrospective à Paris, dans le Réveil Culturel, le 19 décembre 2017. 

21 min

Gotlib a démarré dans "Vaillant" avec le personnage de Gai-Luron, Mandryka, avec Le Concombre masqué, vieux pilier de Vaillant. Tous ces personnages secondaires faisaient le charme du Journal avec tous ces gags en une page. Sans oublier "Rahan", qui a été, avec "Dr Justice"le personnage le plus célèbre du Journal ; héros parfait qui avait de la gueule, des muscles, était partisan de la paix, écolo avant l'heure, une sorte de Tarzan des temps modernes.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.