Sandrine Bonnaire et Isabelle Huppert, dans La Cérémonie, de Claude Chabrol
Sandrine Bonnaire et Isabelle Huppert, dans La Cérémonie, de Claude Chabrol - © 1995 MK2 PRODUCTIONS SA / FRANCE 3 CINÉMA / PROKINO FILM PRODUKTI
Sandrine Bonnaire et Isabelle Huppert, dans La Cérémonie, de Claude Chabrol - © 1995 MK2 PRODUCTIONS SA / FRANCE 3 CINÉMA / PROKINO FILM PRODUKTI
Sandrine Bonnaire et Isabelle Huppert, dans La Cérémonie, de Claude Chabrol - © 1995 MK2 PRODUCTIONS SA / FRANCE 3 CINÉMA / PROKINO FILM PRODUKTI
Publicité

Rencontre avec l’historien et critique de cinéma, Antoine de Baecque, à l’occasion de la sortie d’un coffret de films de Claude Chabrol, " Claude Chabrol, Suspense au féminin "

Avec

Mercredi-Ciné

Avant d’offrir à Stéphane Audran, Isabelle Huppert, Bernadette Laffont et Sandrine Bonnaire leurs grands rôles au cinéma, Claude Chabrol a été longtemps accusé de misogynie. A l’occasion de la sortie du coffret   Claude Chabrol, Suspense au féminin (Carlotta Films), l’historien de cinéma, Antoine de Baecque revient sur le parcours du réalisateur et la féminisation progressive mais réelle de son cinéma. Entretien avec Tewfik Hakem.

Une rétrospective centrée sur la dernière partie de son œuvre : cinq portraits sombres et mémorables de femmes, du drame cauchemardesque de L’Enfer aux thrillers de La Cérémonie, Merci pour le Chocolat et La Fleur du mal, en passant par la comédie policière Rien ne va plus.  En fin, la chronique d'Oriane Jeancourt, de la revue Transfuge.

Publicité
La Fleur du Mal, Claude Chabrol, 2002
La Fleur du Mal, Claude Chabrol, 2002
- © MK2 SA / FRANCE 3 CINÉMA / LES PRODUCTIONS TRAVERSIÈRE. T

Il y a chez Chabrol une véritable féminisation de son cinéma à la fin de sa carrière. Il s'est entouré de plus en plus de femmes. Près de lui, sa propre femme qui est scripte, sa fille, sa belle-fille, qui est devenue son assistante, et plus largement, les techniciennes, les scénaristes - c'est un phénomène proche de celui de Rohmer, et plus profondément peut-être, jusqu'à son regard, les histoires, les intrigues, qui l'intéressent. On n'est plus dans " Les bonnes femmes ", " Les cousins ", et leurs provocations misogynes.

L' Enfer, de Claude Chabrol, Emmanuelle Béart - 1994
L' Enfer, de Claude Chabrol, Emmanuelle Béart - 1994
- © MK2 PRODUCTIONS / CED / FRANCE 3 CINÉMA / CINÉMANUEL. Tous droits

Son cinéma a changé. Son travail avec Stéphane Audran est aussi une manière de placer la femme - sa femme - au centre de son cinéma, et c'est vraiment très intéressant de voir comment Chabrol dans des films très célèbres, depuis " La femme infidèle ", "Le Boucher ", " Juste avant la nuit " ou " La rupture", le premier chœur de la filmographie la plus brillante de Chabrol au début des années 70, va laisser peu à peu Stéphane Audran prendre le pouvoir sur le film et aussi par rapport aux hommes, et ce qui est très clair notamment dans " Juste avant la nuit " c'est l'invention de cette figure qui va hanter Chabrol, celle de la femme criminelle, de l'empoisonneuse.

Rien ne va plus, de Claude Chabrol 1997
Rien ne va plus, de Claude Chabrol 1997
- MK2 PROD/ TF1 FILMS PROD/ CAB PROD SA/MK2 PROD/ TF1 FILMS PROD/CAB PROD 2

Comme s'il y avait une forme d'émancipation par le crime chez ces femmes : elles sont les victimes de la société qui les amène à être criminelles. Ce sont des femmes dominées, qui existent à travers l'oubli de soi et qui, tout à coup, par pulsion éprouvent le besoin de se réaffirmer, et donc d'expulser par le crime les secrets qu'il y a en elles, qui sont en général des blessures infligées par les hommes.

12 min

" La femme criminelle chez Chabrol est aussi une figure de prise de pouvoir sur le film "

Ce sont ses femmes qui font le film, qui le regardent, qui l'organisent d'une part, et d'autre part, le suspense, cette montée d'adrénaline, ce mystère peu à peu percé et les modalités dont le mystère va se révéler épousent une sorte de psyché féminine dont une des finalités est le crime commis par une voire deux femmes comme dans La Fleur du mal. C'est le regard sinon d'un homme féminisé, du moins d'un homme sans machisme, véritablement dénué de virilité, d'affirmation de l'homme. 

Rien ne va plus de Claude CHABROL, 1997
Rien ne va plus de Claude CHABROL, 1997
- MK2 PRODUCTIONS / TF1 FILMS PRODUCTIONS / CAB PRODUCTIONS SA / MK2 PRODUCTIONS 2

Avec la chronique de

Oriane Jeancourt, de la revue Transfuge

qui évoque le numéro de décembre 2020 avec un dossier consacré à Claude Chabrol et ses actrices, dont  sa collaboration avec trois actrices, Bernadette Lafont, Stéphane Audran, Isabelle Huppert. Analyse et interviews.

Extrait et Musique

Extrait du film La cérémonie réalisé par Claude Chabrol en 1995 avec Sandrine Bonnaire et Isabelle Huppert 

Musique du film Landru réalisé par Claude Chabrol en 1963 et composée par Pierre Jansen 

Claude Chabrol, Suspense au féminin
Claude Chabrol, Suspense au féminin
- Carlotta Films 2020

L'équipe

Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Production
Vincent Abouchar
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration