Pearl, d'Elsa Amiel - © Haut et Court, Distribution
Pearl, d'Elsa Amiel - © Haut et Court, Distribution
Pearl, d'Elsa Amiel - © Haut et Court, Distribution
Publicité
Résumé

Pour la sortie de son premier long-métrage, "Pearl", qui nous raconte le monde particulier du body-building féminin, rencontre avec sa réalisatrice, Elsa Amiel.

En savoir plus

Mercredi-ciné

Tewfik Hakem s'entretient avec la réalisatrice Elsa Amiel, à l'occasion de la sortie de Pearl. Léa (Pearl), son héroïne, s'apprête à concourir pour le grand titre de Miss Heaven ; une plongée dans l'univers sans pitié du body-building au féminin.

Pearl, c'est raconter un film à travers un corps, en même temps qu'une invitation à voir, à sentir le corps. Dans le body-building, le corps est l'outil, pour repousser tout le temps les limites, avoir un idéal jamais atteint. 

Publicité

Mon père est mime, j'ai grandi dans les théâtres, les coulisses, le langage chez moi est toujours passé par le corps, c'est une question qui m'a toujours intéressée. Ensuite, au moment où on écrit, on cherche. Je suis tombée sur le travail d'un photographe célèbre allemand, Martin Schoeller - de gros plans avec les grains de peau où l'on capte quelque chose de très intime - il a photographié les body-buildeuses. J'ai eu un mélange d'attraction et de répulsion. 

Les adeptes du body-building ? Ce qui lie ces personnes pourrait être une blessure, une faille énorme, au point que la réponse serait de se créer une carapace pour mieux s'isoler : créer une nouvelle planète avec de nouveaux codes. Aux Etats-Unis, il y a de très grosses compétitions,  il y a même des stars ; en France, cela reste encore confidentiel.

Pearl, d'Elsa Amiel
Pearl, d'Elsa Amiel
- © Haut et Court Distribution

La compétition sportive, c'est le contexte : gagner. Tout doit être parfait, millimétré, le moindre grain de sable - ici, l'enfant - enraye la machine. La matière première du film c'était de prendre une vraie body-buildeuse dont je me nourrissais : réel versus fiction. Dès le début de l'écriture, je voulais questionner les formes de la féminité, je me suis dit : un terrain vierge, c'est excitant, on peut tout inventer.

Pearl, d'Elsa Amiel, Bande-annonce :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Programmation musicale :

Rihanna, Skin

Références

L'équipe

Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Production
Vincent Abouchar
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration