Edouard Baer, Festival de Cannes, 2018.
Edouard Baer, Festival de Cannes, 2018. - Valérie  Hache
Edouard Baer, Festival de Cannes, 2018. - Valérie Hache
Edouard Baer, Festival de Cannes, 2018. - Valérie Hache
Publicité

Edouard Baer, acteur, est notre invité pour la sortie du film d’Emmanuel Mouret, "Mademoiselle de Joncquières".

Avec

mercredi-cinéma 

avec le comédien Edouard Baer, qui joue le Marquis des Arcis, dans le film d"Emmanuel Mouret "Mademoiselle de Joncquières"

Madame de La Pommeraye (Cécile de France) est une jeune veuve. Retirée du monde, elle cède à la cour du Marquis des Arcis (Edouard Baer), libertin notoire. Après quelques années d’un bonheur sans faille, elle découvre que le marquis s’est lassé de leur union. Follement amoureuse et terriblement blessée, elle décide de se venger de  lui, avec la complicité de Mademoiselle de Joncquières et de sa mère... 

Publicité
Edouard Baer et Cécile de France
Edouard Baer et Cécile de France
- Mademoiselle de Joncquières, d'Emmanuel Mouret@Pyramide Distr.

C'est une langue du XVIIe restituée, c'est étonnant ce travail qu'a fait le réalisateur, Emmanuel Mouret, c'est-à-dire, qu'il y a quelques phrases qui sont vraiment de Diderot et puis, il a brodé, il a écrit à la manière de... C'est une langue qui est très belle, qui porte, qui donne de la puissance, de la tenue aux phrases, et puis, il faut quand même quand ça reste ressenti, charnel.

C'est comme  au théâtre, vraiment, les premières fois où on dit son texte on est engoncé, on est un peu ampoulé, on a un costume qui serre trop, on n'est pas bien dedans. Et puis, à force de le dire, il se fait à notre corps, c'est comme un costume neuf. Il faut jouer un film comme une centième de théâtre, en ayant vraiment digéré les mots pour que ça devienne les nôtres.

C'est passionnant de se regarder changer, de se regarder devenir fou. Lui, c'est quelqu'un qui vit pour ses sentiments, ses passions,  c'est quelqu'un qui a un vernis social et qui, tout à coup, craque, c'est extraordinaire de jouer ça.

J'ai pas envie d'improviser, c'est pas par goût, l'improvisation, de toutes façons, elle est dans le mouvement, dans les sentiments. C'est un plaisir de dire la beauté. Et Diderot-Mouret, c'est beau à dire.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Programmation musicale :

David Bowie, Port of Amsterdam, reprise de Jacques Brel (1973)

L'équipe