Un oeil sur le dos - exposition La friche la belle de mai, 2019
Un oeil sur le dos - exposition La friche la belle de mai, 2019
Un oeil sur le dos - exposition La friche la belle de mai, 2019 - Arnaud Théval
Un oeil sur le dos - exposition La friche la belle de mai, 2019 - Arnaud Théval
Un oeil sur le dos - exposition La friche la belle de mai, 2019 - Arnaud Théval
Publicité
Résumé

Rencontre avec le photographe Arnaud Théval à l'occasion de son exposition sur les prisons à La friche la belle de Mai, à Marseille

avec :

Arnaud Théval (Artiste photographe).

En savoir plus

Mardi-expo

Tewfik Hakem s'entretient avec l'artiste photographe Arnaud Théval qui expose à La friche la Belle de Mai, à Marseille, Un oeil sur le dos, dans le cadre de l'événement PRISON MIROIR, jusqu'au 23 février 2020.

Un oeil sur le dos - Le mur rouge
Un oeil sur le dos - Le mur rouge
- Arnaud Théval

" L'exposition "Un œil sur le dos" recompose mon parcours depuis les fermetures des vieilles prisons dont les images habillent notre imaginaire commun de la tôle à l'école de la prison, où la culture de l'institution prend corps chez les élèves surveillant.es et se poursuit dans les nouvelles structures. L'accrochage est un jeu d'indices fictionnalisant les récits des surveillant.e.s en image par des mises en scènes. Ces images polysémiques combinent les dessins sur les murs des cellules et les tatouages sur les peaux des surveillant.e.s et révèlent des impensés et des non-dits d'une institution traversée par des forces contraires, en permanence tendue par son oxymore originel – punir et  ré-insérer. 

Publicité

Dans ces prisons, je tente consciencieusement de me défaire de ce que chacun cherche à y trouver." A.T

Tatouages - "Un oeil sur le dos", exposition 2019
Tatouages - "Un oeil sur le dos", exposition 2019
- Arnaud Théval

J'ai été happé par cette question de l'enfermement qui est une récurrence dans mon travail artistique puisque j'ai beaucoup travaillé sur le fait de comment, par l'art en ajoutant l'espace social, on peut réveiller le politique, c'est-à-dire comment on peut réfléchir à la façon dont les stéréotypes se construisent, comment les enfermements et les assignations se fabriquent. A la prison, j'ai été happé par la question de la fermeture de ces établissements. 

Pour ce qui est du personnel de ces prisons, ils sont tous passés par un point central qui est l'École nationale d'admission pénitentiaire, l'école de la prison dans laquelle on forme à la culture pénitentiaire. 

"J'ai trouvé intéressant d'inverser le ton, c'est à dire de m'intéresser précisément à comment ça se passe, ce qu'on peut apprendre finalement, en allant fouiller au fond des poches de ce personnel-là des prisons"

En savoir plus : Arnaud Théval : "Je voulais photographier la prison telle qu’elle est avec sa violence radicale et sa poésie qui submerge de partout"

Que veut dire travailler en prison ? Que veut dire être confronté à sa violence, à sa poésie, à toutes ces débordements d'humanité qui sont permanents dans les pratiques ? A sa poésie, aussi - poésie, parce que ce qu'il y a de très paradoxal dans la prison, c'est qu'on en a une image évidemment radicale, à la fois faite de réalité et de violence, mais aussi liée à beaucoup de fantasmes dans les relations, et notamment dans ces nouvelles prisons qui arrivent. 

J'ai été saisi, comme j'ai pu être saisi dans les vieilles prisons, par le fait de comment le vivant prend place dans un espace où tout est potentiellement maîtrisable ou maîtrisé.

Un oeil sur le dos - Sans titre (deux surveillantes se maquillant) (2019) 100 x 90 cm
Un oeil sur le dos - Sans titre (deux surveillantes se maquillant) (2019) 100 x 90 cm
- Arnaud Théval

En savoir plus : Exposition "Prison, miroir" à Marseille

Un oeil sur le dos, exposition La friche la belle de Mai 2019
Un oeil sur le dos, exposition La friche la belle de Mai 2019
- Arnaud Théval

Actualité

A Marseille, La friche la belle de Mai : agenda 

Au Musée des Confluences, à Lyon, l'exposition "Prison au-delà des murs", à voir jusqu'au 26 juillet 2020. 

Réflexion sur un système pénitentiaire hérité du18e siècle, une exposition conçue de manière immersive qui mêle récits d’anciens détenus mais aussi représentations de notre imaginaire collectif. Commissaire : Marianne Rigaud-Roy.

Pour afficher ce contenu Vimeo, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Production
Vincent Abouchar
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration