Karine Giebel
Karine Giebel
Karine Giebel ©AFP - © Philippe MATSAS/Opale/Leemage
Karine Giebel ©AFP - © Philippe MATSAS/Opale/Leemage
Karine Giebel ©AFP - © Philippe MATSAS/Opale/Leemage
Publicité
Résumé

Entretien avec l’écrivaine Karine Giebel qui signe un polar dense abordant le thème de l’esclavage moderne en suivant le destin d’une petite fille marocaine vendue à l’âge de 9 ans, grandissant au fil des pages et croisant le destin d’autres personnages de cette intrigue noire et contemporaine.

avec :

Karine Giebel (écrivaine).

En savoir plus

Jeudi polar

avec Karine Giebel, écrivaine, pour Toutes blessent, la dernière tue, aux éditions Belfond.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Je voulais aborder le thème de l’esclavage moderne depuis longtemps, j’ai beaucoup lu sur le sujet. J’ai axé mon enquête sur la servitude domestique qui est l’une des facettes de l’esclavage moderne et j’ai commencé à creuser... J’ai pris contact avec une association qui vient en aide aux victimes et là j’ai eu beaucoup de témoignages et d’informations. Quand je me suis sentie prête, je me suis lancée dans l’écriture de ce roman.

Publicité

Changer le nom fait partie des mécanismes de l’asservissement : la petite fille n’a plus le droit de porter son vrai prénom, elle n’a tout simplement plus de droits. On change le prénom mais aussi l’apparence physique, on coupe les cheveux, on essaie de les modeler parce qu’on ne naît pas esclave, on le devient. 

L’esclavage a été aboli il y a longtemps, il n’était donc pas dans le code pénal puisqu’il n’est plus censé exister. La France a été longue à se rendre compte que l’esclavage existe toujours et qu'il fallait un arsenal juridique pour les juges. Il a fallu remettre l’esclavage dans le code pénal en 2013.

Programmation musicale

Henri Salvador, Petite fleur, Henri Salvador, 1959

Références

L'équipe

Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Production
Vincent Abouchar
Réalisation
Anaïs Ysebaert
Collaboration