Noa
Noa - ® Ronen Akerman
Noa - ® Ronen Akerman
Noa - ® Ronen Akerman
Publicité

Rencontre avec Noa, chanteuse israélienne, pour la sortie de son nouvel album "Letters to Bach".

Avec
  • Noa Chanteuse israëlo-américaine

Jeudi-musique

Tewfik Hakem s'entretient avec la chanteuse israélienne Noa, à l'occasion de la sortie de son album dédié à Jean-Sébastien Bach, "Letters to Bach" ( chez Naïve)

Cet album est le meilleur de ce que je peux produire musicalement. Il y a une chanson dans cet album, "Look at me", qui parle du conflit israélo-palestinien à travers les yeux de deux femmes, chacune d'un côté du mur, qui disent vouloir continuer à voir l'humanité chez l'autre, malgré les murs qui séparent.

Publicité

Cela fait des années que je travaille avec des organisations palestiniennes ou israélo-palestiniennes qui cherchent à changer cet état de choses, et notamment avec une association de femmes palestiniennes. Je collabore aussi avec une formidable artiste, la chanteuse arabe israélienne Mira Awad avec qui nous avons porté ensemble notre message au concours de l'Eurovision et avec qui nous continuons à le faire au travers de concerts et de tournées. 

J'estime avoir eu beaucoup de chance d'atterrir à New-York, où il y a toutes ces influences multiples. J'ai écouté du jazz, du rock, du folk, des comédies musicales, de l'opéra. Je crois qu'on retrouve un peu de ces influences dans cet album, on y entend des petites notes de jazz, le scat, et même un peu de comédie musicale. 

Bach est absolument étonnant, fantastique. On peut dire qu'il n'appartient à aucune culture en particulier, à aucune langue ou génération, il appartient à tous. Bach a créé comme un pont entre toutes les cultures. C'est aussi ce que j'ai voulu faire toute ma vie, jeter des ponts entre les cultures différentes. 

C'est l'amour de Bach qui m'a poussé à souhaiter l'inviter dans notre monde. On n'a pas besoin de raisons pour adapter Bach ou pour se plonger dans sa musique, c'est un peu comme prier. J'ai eu envie de l'amener dans le 21ème siècle et j'ai alors décidé de parler, sur cette magnifique musique, de sujets d'aujourd’hui, de problèmes contemporains - de la religion, mais aussi de la technologie, d'Instagram, de Whatsapp, d’euthanasie, de l’humour. 

Nous sommes respectueux de Bach à 100% dans cette adaptation. Pas une seule note n'a été modifiée, nous avons accepté tous les défis, toutes les notes compliquées, nous avons tout gardé. 

On peut s'inquiéter de la marche du monde actuellement. On a l'impression qu'on va tous à toute allure vers des lieux très sombres, noirs, inquiétants et vulgaires. Ce disque est un peu un manifeste, ma manière de protester. Quand je vois trop de noir, trop de sombre autour de moi, j'ai envie de faire briller la lampe, la lumière. Quand tout est vulgaire, je ne veux pas rajouter à la vulgarité, à la brutalité. Au contraire, je veux être encore plus élégante, plus noble, et plus belle dans le travail musical que j'apporte.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Programmation musicale

Noa, invention n°1

Noa, Look at me

Noa, No, baby

Dans Continent Musiques de Matthieu Conquet, le 29 avril 2017 : Penser Bach aujourd'hui 

À réécouter : Penser Bach aujourd'hui
59 min