Jacques-Laurent Agasse (1767-1849) Girafe nubienne, 1827, Londres, The Royal Collection / © Royal Collection Trust / © Her Majesty Queen Elizabeth II 2020
Jacques-Laurent Agasse (1767-1849) Girafe nubienne, 1827, Londres, The Royal Collection / © Royal Collection Trust / © Her Majesty Queen Elizabeth II 2020 - © RMN-Grand Palais / Service presse Musée d'Orsay
Jacques-Laurent Agasse (1767-1849) Girafe nubienne, 1827, Londres, The Royal Collection / © Royal Collection Trust / © Her Majesty Queen Elizabeth II 2020 - © RMN-Grand Palais / Service presse Musée d'Orsay
Jacques-Laurent Agasse (1767-1849) Girafe nubienne, 1827, Londres, The Royal Collection / © Royal Collection Trust / © Her Majesty Queen Elizabeth II 2020 - © RMN-Grand Palais / Service presse Musée d'Orsay
Publicité

Avec la réouverture du Musée d'Orsay, la commissaire Laura Bossi, évoque l’exposition " Les origines du monde. L’invention de la nature au XIXe siècle "

Avec
  • Laura Bossi neurologue et historienne des sciences, commissaire générale de l’exposition « Les origines du monde. L’invention de la nature au XIXème siècle ».
  • Stéphane Audeguy écrivain, enseignant en histoire de l’Art

Mardi-Expo

Tewfik Hakem s'entretient avec la commissaire Laura Bossi, dans le cadre de l’exposition Les origines du monde. L’invention de la nature au XIXe siècle, au Musée d’Orsay. Avec la participation de l’écrivain, Stéphane Audeguy, pour Parkie, Une histoire d’éléphant, paru aux éditions Xavier Barral en coédition avec le Musée d'Orsay - un ouvrage pour la jeunesse, en lien avec l’exposition

Laura Bossi

C'est une exposition qu'on attend depuis longtemps, et j'espère qu'elle saura émerveiller son public avec toutes ces différentes œuvres autant que nous l'avons été avec toutes les difficultés de la pandémie. C'est la première fois que le Musée d'Orsay dédie une exposition à l'un de ces grands thèmes du XIXe siècle qui était aussi celui des sciences. 

Publicité

" Il y a des influences réciproques reliées à toute une histoire des Idées qui parcourent ce long XIXe siècle qui va des Lumières jusqu'à la Première Guerre Mondiale "

On a trouvé comme titre " Invention de la nature ", cela peut paraitre un titre générique, mais selon l'étymologie du mot invention, il y a la trouvaille, mais aussi la découverte, la faculté d'imaginer : on a pris le parti de réunir des objets de grand art - peinture, sculpture, art décoratif - à côté d'objets et documents scientifiques tout aussi beaux et intéressants, et on voit qu'il y a des influences réciproques qui sont reliées à toute une histoire des Idées qui parcourent ce long XIXe siècle qui va, en gros, des Lumières jusqu'à la Première Guerre Mondiale.

Van Oosten Isaack (1613-1661) Le Paradis Terrestre. Adam et Eve et les animaux de la Création © MBA, Rennes, Dist. RMN-Grand Palais / Louis Deschamps
Van Oosten Isaack (1613-1661) Le Paradis Terrestre. Adam et Eve et les animaux de la Création © MBA, Rennes, Dist. RMN-Grand Palais / Louis Deschamps
- © RMN-Grand Palais / Service presse Musée d'Orsay 2021

" Le parcours qui nous a guidés, c'est instruire et faire plaisir "

Il s'agit de montrer, en même temps, un parcours très sérieux qui devrait intéresser les plus érudits des érudits, avec des objets et des documents scientifiques, mais le choix des œuvres est guidé par la beauté, et elle devrait aussi émerveiller les enfants, comme de voir l'éléphante Parkie qui trône dans l'entrée ou le rhinocéros Klara qui a fait un grand tour d'Europe, ou la Girafe, on montre aussi les dinosaures… 

Gabriel von Max (1840 - 1915) Gruss [Greeting (Monkey with Bouquet)] 1901-1915, huile sur bois 24 x 16 cm The Jack Daulton Collection © The Jack Daulton Collection
Gabriel von Max (1840 - 1915) Gruss [Greeting (Monkey with Bouquet)] 1901-1915, huile sur bois 24 x 16 cm The Jack Daulton Collection © The Jack Daulton Collection
- © RMN-Grand Palais / Service presse Musée d'Orsay 2021

" C'est une exposition qu'on peut lire avec différents niveaux de lecture "

Il y a aussi des interrogations scientifiques très sérieuses. Et il faut surtout commencer par le début, avec un véritable parcours d'exposition qui nous mène, avec l'évolutionnisme, au milieu, comme pivot d'une certaine manière, jusqu'à la fin du siècle et la Guerre Mondiale. Il y a des étapes, dont les grands voyages d'exploration, et nous en montrons trois que nous avons choisi - avec leur influence sur les paysagistes comme, sur les peintres animaliers, la création des musées, des zoos, des jardins botaniques.

L'Invité(e) des Matins
17 min

Autre grande étape de la première moitié du siècle, avec la géologie. On découvre que le monde a une histoire très ancienne et mouvementée ; beaucoup d'artistes se passionnent pour la géologie et les peintres vont sur les lieux où les géologues étudient les volcans, les glaciers qui transportent les rochers, les strates. Il y a aussi cet effarement de voir ce bestiaire qui a vécu avant l'homme ; avec les dinosaures, etc.

Paul Meyerheim (1842 – 1915) La Lionne jalouse 1885-1890 Huile sur toile, 49,6 × 69 cm Francfort, Städel Museum © Christie's Images Ltd - ARTOTHEK 14
Paul Meyerheim (1842 – 1915) La Lionne jalouse 1885-1890 Huile sur toile, 49,6 × 69 cm Francfort, Städel Museum © Christie's Images Ltd - ARTOTHEK 14
- © RMN-Grand Palais : Service presse Musée d'Orsay 2021

Stéphane Audeguy

Avant de trôner dans le grand hall du Musée d'Orsay, Parkie a fait un très long périple et j'ai décidé de lui consacrer un ouvrage pour les enfants. Parkie est une éléphante qui est naturalisée au Museum d'Histoire Naturelle et qui a été capturée en 1787 au Sri Lanka puis ramenée aux Pays-Bas, ensuite en France. C'est une histoire absolument étonnante qui dit quelque chose de l'histoire des hommes mais aussi des animaux, et de leur évolution. 

" On ne mettrait pas d'éléphant au Jardin des Plantes, je ne suis pas de ceux qui le regrettent "

Ce qui m'intéresse aussi c'est de raconter comment les gens projettent sur les animaux leurs obsessions, leurs fantasmes, et ça ça me fascine - l'animal sert de projection et ça continue maintenant, et on se rend compte que l'identification projective pose aussi des problèmes de tous ordres. Je pense qu'on peut avoir un autre rapport aux animaux. On ne mettrait pas d'éléphant au Jardin des Plantes, je ne suis pas de ceux qui le regrettent.

Programmation musicale

Animal, par Cyril Cyril ( 2020 )

Laura Bossi-Régnier
Laura Bossi-Régnier
- Sophie Crépy @ Musée d'Orsay 2021

Parkie, l’éléphante au cœur insaisissable, par Stéphane Audeguy 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Parkie, Une histoire d'éléphant
Parkie, Une histoire d'éléphant
- Stéphane Audeguy

L'équipe