Border, d'Ali Abbasi - Metropolitan Filmexport Distr.
Border, d'Ali Abbasi - Metropolitan Filmexport Distr.
Border, d'Ali Abbasi - Metropolitan Filmexport Distr.
Publicité
Résumé

Michel Ciment, critique de cinéma, directeur de la publication de la revue "Positif", livre ses préférences de l'année 2018, et évoque les grands événements cinéma qui ouvrent 2019.

avec :

Michel Ciment (critique de cinéma, écrivain, producteur de radio).

En savoir plus

Mercredi-ciné

Tewfik Hakem s'entretient avec Michel Ciment, critique de cinéma, directeur de la publication de la revue  "Positif", qui livre son top 5 des films de l'année 2018, et évoque les grands événements cinéma de début 2019.

Que ce soit Phantom Thread, de Paul Thomas Anderson, Burning, de Lee-Chang-dong, pour faire un grand film, il faut du temps. Parfois, six, sept ans. Pour Burning, Lee-Chang-dong s'est inspiré d'une nouvelle de Haruki Murakami, et aussi en partie de l'univers de William Faulkner. Une femme disparaît ; on a cette confrontation un peu lutte des classes entre un jeune homme et un jeune play-boy un peu voyou qui roule dans une belle voiture. Le film se déroule entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, entouré de mystère quant au comportement de ces deux hommes.

Publicité

Avec Le Poirier sauvage, du cinéaste turc Nuri Bilge Ceylan qui a remporté la Palme d'or à Cannes, en 2014, avec Winter Sleep, on a un chef-d'oeuvre - mondialement encensé ; une façon de filmer les paysages, le portrait d'un jeune garçon qui veut devenir écrivain, son rapport à son père, aux écrivains, à la jeune fille dont il est amoureux, c'est fascinant.

Puis, il y a Roma, du cinéaste américano-mexicain, Alfonso Cuaron [sortie Netflix uniquement]. On sait qu'il est versatile, capable de faire des films très différents. Cette fois-ci, il revient à ses racines - Roma est l'anagramme de Amor . Tout est vu à travers les yeux d'une femme de ménage, et du scénario au montage, il a tout fait. C'est un film magistral, avec une grand mise en scène d'une extrême sobriété.

Tesnota, un premier film du cinéaste russe, Kantemir Balagov. J'ai été saisi par ce film sorti aussi en 2018, qui se passe dans le nord du Caucase ; l'histoire d'un kidnapping dans une communauté juive orthodoxe d'un jeune garçon et de sa fiancée. C'est fait avec une telle exploration visuelle !

Ce qui me frappe dans cette liste c'est que tous ces films sont ouverts sur le monde, et pas seulement repliés sur les petites histoires qu'on trouve malheureusement dans le cinéma français. Au fond, ce qui m'importe, c'est qu'il reste des films magnifiques.  Dans les événements à venir, ne pas oublier la rétrospective Billy Wilder, à La Cinémathèque française, qui commence avec Border, d'Ali Abbasi.

Border, d'Ali Abbasi, film fantastique suédois, sortie 9 janvier. Bande-annonce :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Programmation musicale : 

Marylin Monroe, Some like it hot, dans le film de Billy Wilder, Certains l'aiment chaud.

- Actualité Michel Ciment : lien Cinémathèque et rétrospective Billy Wilder, du 3 janvier au 8 février 2019.

Références

L'équipe

Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Production
Vincent Abouchar
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration