Femme au chapeau rouge, Pablo Picasso, 1965. Fundacion Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte
Femme au chapeau rouge, Pablo Picasso, 1965. Fundacion Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte
Femme au chapeau rouge, Pablo Picasso, 1965. Fundacion Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte - Pablo Picasso © FABA
Femme au chapeau rouge, Pablo Picasso, 1965. Fundacion Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte - Pablo Picasso © FABA
Femme au chapeau rouge, Pablo Picasso, 1965. Fundacion Almine y Bernard Ruiz-Picasso para el Arte - Pablo Picasso © FABA
Publicité
Résumé

Rencontre avec Audrey Norcia, historienne de l'art, commissaire de l'exposition "Quand Fellini rêvait de Picasso", à la Cinémathèque française, à Paris

avec :

Audrey Norcia (Historienne de l'art, commissaire d'exposition).

En savoir plus

Mardi-expo

Tewfik Hakem s'entretient avec Audrey Norcia, commissaire de l'exposition, Quand Fellini rêvait de Picasso, à La Cinémathèque française, jusqu'au 28 juillet 2019. Federico Fellini, cinéaste de La Dolce vita, de 8 ½ ou encore, de Satyricon, vouait une admiration quasi obsessionnelle à Pablo Picasso. Il consignait par le dessin les diverses rencontres qu'il avait pu faire en rêve avec le peintre. 

Il y a eu deux rencontres manquées entre Fellini et Picasso, la première en 1957, l'autre en 1961. L'origine de cette exposition c'est, bien sûr, les rêves que Fellini fit de Picasso. Trois, voire cinq rêves de Picasso lui sont révélés. Pour Fellini, Picasso est à la fois, le grand artiste, le démiurge, qui est là pour le faire avancer dans sa vie artistique voire professionnelle.

Publicité
Federico Fellini, Le Livre de mes rêves, vol 1
Federico Fellini, Le Livre de mes rêves, vol 1
- Federico Fellini © Comune di Rimini Cineteca, Archivio Fedrico Fellini

C'est Picasso, à la fois l'artiste, grand génie de toutes les révolutions et l'homme des conquêtes féminines. On voit dans cette exposition beaucoup de femmes, on y voit aussi des tableaux, des gravures inédites de Picasso...

En 1960, au moment où Fellini est au sommet avec La Dolce Vita, il est à un tournant de sa carrière : et c'est 8 et demi. Le 22 janvier 1962, c'est au moment où il rêve de Picasso qu'il prépare Huit et demi.

Federico Fellini, 8 1/2, 1963
Federico Fellini, 8 1/2, 1963
- Federico Fellini, 1963 © Paul Ronald /D.R

Fellini suivait une psychanalyse avec le Docteur Ernst Bernhard, et c'est lui qui l'invita à retranscrire ses rêves par le dessin. Il parle très fréquemment de Picasso qui apparaît au moins cinq fois dans ses rêves. La part du rêve est importante dans l'exposition. 

Satyricon, de Federico Fellini, 1969
Satyricon, de Federico Fellini, 1969
- @1969, Alberto Grimaldi Productions S.A

On sait que Picasso avait de l'intérêt pour le cinéma. Il s'installe à Cannes en 1958, il voit des films, est près du festival, on ne peut pas dire qu'il a vu les films de Fellini, mais curieux comme il l'est, on peut le supposer. Dans Satyricon, Fellini met en scène une antiquité décadente où il choisit un mode Picasso des années 20. C'est la première partie de l'exposition qui accueille le visiteur. Fellini, comme Picasso fantasmait sur cette Antiquité.

Il y a des huiles sur toile, des œuvres au dessin, des eaux-fortes, de sanguines... L'idée était d'embrasser une large période des années 20 à 70 ; non seulement balayer le corpus des œuvres de Picasso qui est vaste, mais coller aussi à celui de Fellini. L'exposition n'est pas là pour démontrer mais pour faire ressentir un espace commun.

Archive

Fellini, sur le tournage de Satyricon, en 1969.

Programmation musicale 

Nino Rota, Roma, par Le Philharmonic Wind Orchestra

Audrey Norcia, pour Le Réveil Culturel (2019)
Audrey Norcia, pour Le Réveil Culturel (2019)
© Radio France - Corinne Amar

Pour en savoir plus

59 min
Références

L'équipe

Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Production
Vincent Abouchar
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration