Quincy Jones
Quincy Jones - Collection Gilles Pétard. DR
Quincy Jones - Collection Gilles Pétard. DR
Quincy Jones - Collection Gilles Pétard. DR
Publicité

Rencontre avec Michel Brillié, directeur artistique de la collection "Live in Paris", à propos du concert de Quincy Jones à Paris, en 1960

Avec
  • Michel Brillie

Jeudi-Musique

Tewfik Hakem s'entretient avec Michel Brillié, directeur artistique de la collection Live in Paris, qui évoque pour nous le concert de Quincy Jones à Paris, en 1960, la sortie du double album : Quincy Jones – Live in Paris, 5-7-9 mars / 19 avril 1960 (2CDs), et se souvient d'une époque.

Quincy Jones, né en 1933 à Chicago, formidable conducteur d’orchestre et trompettiste, décide à même pas 26 ans de venir s’installer à Paris et déjà, voue au jazz un véritable culte

Il a commencé en faisant des bandes de films et des arrangements. Son rêve était de faire des arrangements avec des violons. On lui a répondu : " A Paris, vous pouvez faire ce que vous voulez". Il est venu à Paris.

Publicité

Il chante ça, "Summer Time", le jour de ses 28 ans, le 14 mars, à Paris. C'était fou, c'était incroyable ! Il était arrivé par hasard dans cet univers, sous l'égide des Rois Mages du spectacle de l'époque, dont les Coquatrix pour l'Olympia. 

Le rêve français pour les musiciens noirs américains ! De toutes les mémoires de musiciens de jazz noirs américains c'était : "Va en France !" 

"La France était ce paradis de liberté où les Noirs américains avaient une aura, notamment auprès de l'intelligentsia parisienne de Saint-Germain-des-Prés "

Souvenez-vous, le 17 octobre 1961, il y eut un gigantesque massacre à Paris par la police française d'Algériens venus manifester pacifiquement pour leur pays, certains ont même été jetés dans la Seine. Le lendemain, Ray Charles arrivait à Paris pour faire un concert, et on lui a répondu : " Okay, vous pouvez jouer sans crainte." 

Quincy Jones à Paris
Quincy Jones à Paris
- Live in Paris (détail couv)

Quincy Jones est un formidable artisan de la musique, il a su renifler le talent des musiciens pour les mettre en valeur. Il a fait aussi de remarquables musiques de films américains comme De sang-froid (In Cold Blood), de Richard Brooks (1967), adapté de l'œuvre littéraire éponyme de Truman Capote ou bien "La Couleur Pourpre" (The Color Purple), de Steven Spielberg (1985). C'est prodigieux ce métier quand ca se fait avec une certaine spontanéité, un instinct…

Programmation musicale

Quincy Jones, extrait Quincy Jones – Live in Paris, 5-7-9 mars / 19 avril 1960

Summer Time

The midnight sun we never set

L'équipe