Silhouette de l'homme en fumée
Silhouette de l'homme en fumée
Silhouette de l'homme en fumée ©Getty - Kutsuks
Silhouette de l'homme en fumée ©Getty - Kutsuks
Silhouette de l'homme en fumée ©Getty - Kutsuks
Publicité
Résumé

De l'Amérique profonde à l'Afrique du Sud, cinq polars qui auscultent les grandes mutations du monde d'aujourd'hui. Une sélection établie avec la journaliste Christine Ferniot, en partenariat avec le 1 littéraire consacré au polar étranger

avec :

Christine Ferniot (Journaliste).

En savoir plus

Tewfik Hakem s'entretient avec Christine Ferniot, journaliste et rédactrice en chef du 1 hebdo, pour un Spécial polar étranger.    

" Le grand roman noir du temps de Dashiell Hammett commençait déjà à raconter les bas-fonds de l'Amérique dont on ne parlait pas dans la littérature ordinaire "

Cette tradition populaire là, tous les auteurs contemporains la reprennent, sans parler des auteurs scandinaves ou d'Afrique du Sud, que je découvre. J'ai toujours adoré le roman noir. Le polar, ce sont des règles, et quand on parvient à les respecter, c'est encore plus grand que le roman blanc. Chaque année, des libraires aussi donnent leur avis, et leurs passions comptent.

Publicité

1. Attica Locke, " Blue bird, blue bird ", éditions Liana Levi

Au coeur du Texas, au bord du bayou Attoyac, le corps d’un homme noir, venu de Chicago, est  retrouvé. Deux jours, plus tard, au bord du même bayou, c'est le cadavre d’une fille blanche qui est découvert. Enquête. Ce qui est formidable avec Attica Locke, dans Blue bird, blue bird (éditions Liana Levi), c'est qu'elle raconte une histoire de l'Amérique profonde où il n'y a pas de racisme pur mais où il est question de l'Amérique, d'un vieux bar, d'une musique qui revient, Blue bird, blue bird, et c'est une histoire d'amour aussi. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anne Rabinovitch

Le 1 des libraires, Spécial polar
Le 1 des libraires, Spécial polar
- Christine Ferniot

2. Victor Del Arbol, " Le poids des morts ", éditions Actes-Sud

Avec Victor Del Arbol, Le poids des morts (éditions Actes-Sud, 2020), l'action se passe dans les années 1975, à Barcelone - où l'auteur vit. On retrouve l'obsession de ses thèmes ; le poids de l’Histoire, du passé, une Espagne qui ne se sortira jamais de la guerre, du franquisme, et c'est ce que racontent tous ses livres avec presque une façon universelle de raconter - comme dans "La tristesse du Samouraï" (2011). Traduit de l'espagnol par Claude Bleton.

3. Jacob Ross, " Lire les Morts ", éditions Sonatine 

Avec Lire les Morts de Jacob Ross (éditions Sonatine 2020), premier roman traduit en français de l'auteur, d'une trilogie à venir, le romancier, originaire de l'ïle de la Grenade, jongle avec le créole et l'anglais. Le monde est vu à partir d'une île des Caraïbes et d'une lagune. Le héros, Michael Digson, a un don particulier ; celui de savoir et de sentir. Il arrive sur les lieux du crime, récupéré par un vieux flic intéressé. L'auteur nous parle de racisme, de misère, avec une façon de raconter le pays à travers son héros. Traduit de l'espagnol par Fabrice Pointeau.

4. Valerio Varesi, " Or, encens et poussière ", éditions Agullo noir

Avec Valerio Varesi, Or, encens et poussière (éditions Agullo noir 2020), on est à Parme, avec la nuit, le brouillard, un carambolage monstrueux s'est produit sur l'autoroute, dans une ville où la nature comme le temps est important. Un commissaire, sorte de Maigret en plus mélancolique, vient enquêter sur le passé, l'histoire des femmes, une Italie en déshérence. Valerio Varesi est un politique en fait, il glisse quelques indices, parle de cette Italie qui va de moins en moins bien, de cette société qui est le contraire de ce qu'elle devrait être, de ce personnage qui va aller de l'avant mais complètement désespéré.

5. Deon Meyer, " La proie ", éditions Gallimard, Série Noire

" Au Cap, Benny Griessel et Vaughn Cupido, de la brigade des Hawks, sont  confrontés à un crime déconcertant : le corps d’un ancien membre de  leurs services, devenu consultant en protection personnelle, a été balancé par une fenêtre du Rovos, le train le plus luxueux du monde. Le  dossier est pourri, rien ne colle et pourtant, en haut lieu, on fait pression sur eux pour qu’ils lâchent l’enquête."

La proie, de Deon Meyer est un thriller avec une enquête entre le Cap et Bordeaux, où l'auteur compose un roman politique totalement parfait. Traduit de l'afrikaans par Georges Lory, Collection Série Noire,  Gallimard 2020.

Programmation musicale

Ennio Morricone, Mille Ecchi

À réécouter : Le polar scandinave

Références

L'équipe

Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Tewfik Hakem
Production
Vincent Abouchar
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration