France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Que pouvait traiter le salon noir, un 29 février, 60e jour d’une année de 366 jours, si ce n’est la mesure du temps ? Par chance, les sociétés passées ont très tôt tenté de calculer « le temps qui passe », voire le « temps qui reste » et cela, selon de nombreuses méthodes. Des calendriers, les archéologues en on trouvés, calendriers maya, chinois, égyptien, mésopotamien. Mais, seuls, les Mésopotamiens avaient la particularité d’avoir le passé devant eux… l’avenir dans le dos.

Avec Jean-Jacques Glassner

Publicité

Directeur de recherche émérite au CNRS, professeur à l'École des hautes études en sciences sociales, épigraphiste et grand spécialiste du monde mésopotamien, Jean-Jacques Glassner travaille tant sur l’invention de l’écriture, que la construction des savoirs en Mésopotamie. La divination est aussi un de ses thèmes de recherche.

Calendrier mésopotamien
Calendrier mésopotamien
Références

L'équipe

Yaël Mandelbaum
Collaboration
Dany Journo
Réalisation