L'horreur du satyre en découvrant l'hermaphrodite
L'horreur du satyre en découvrant l'hermaphrodite
L'horreur du satyre en découvrant l'hermaphrodite - Musée archéologique de Naples/ Cyril Dumas
L'horreur du satyre en découvrant l'hermaphrodite - Musée archéologique de Naples/ Cyril Dumas
L'horreur du satyre en découvrant l'hermaphrodite - Musée archéologique de Naples/ Cyril Dumas
Publicité
Résumé

Archéologie du licencieux

avec :

Cyril Dumas (conservateur du patrimoine, Musée d’Histoire et d’Archéologie des Baux de Provence).

En savoir plus

Sexe et archéologie ? On sait que le microcosme archéologique est régi par une forte endogamie au sein d’un puissant système tribal, mais là n’est pas le sujet ! A défaut d’Eros, les archéologues par trop pudibonds, voire puritains, se sont spécialisés dans le Thanatos et la « thanatologie sur os sec ». Pour mettre un peu de chaire autour de l’os, ce dernier Salon noir de l’année se consacre aux plaisirs de la chaire, à l’archéologie du licencieux et du Fascinum, celui- là même qui paralyse d’horreur. Mais pourquoi donc les archéologues voient-ils partout des lupanars dans leurs fouilles ?

Avec Cyril Dumas, conservateur du patrimoine, Musée d’Histoire et d’Archéologie des Baux de Provence.

Publicité

LIEN :  Cyril Dumas, "La portée symbolique des images à caractère sexuel"Archéologia n° 545 Juillet-Août 2016, Ed. Faton, p.60-63

Références

L'équipe

Vanessa Nadjar
Réalisation
Catherine Donné
Collaboration