Le royaume de Macédoine face aux cités grecques, archéologie d'Alexandre le Grand.

France Culture
France Culture
Publicité
Couronne de feuilles de chêne en or. Deuxième moitié du IVe s. avant J.-C. Vergina (Aiga), sanctuaire d'Eukleia.
Couronne de feuilles de chêne en or. Deuxième moitié du IVe s. avant J.-C. Vergina (Aiga), sanctuaire d'Eukleia.

Plutarque, Diodore de Sicile, mais surtout Arrien l’on évoqué durant l’Antiquité, parallèlement le Roman d’Alexandre fut largement lu au moyen-âge tandis qu’en 1665 Alexandre le Grand, tragédie en 5 actes était joué au Théâtre du Palais-Royal à Paris. Il fallut attendre 1977 et la découverte des sépultures royales de Vergina dont celle, intacte, de Philippe II, père d’Alexandre le Grand, pour véritablement prendre conscience du potentiel archéologique exceptionnel de la Grèce du Nord. La fouille d’autres nécropoles macédoniennes ont révélé le faste des élites proches du roi, mais aussi l’intensité des échanges commerciaux entre la Macédoine et les autres régions du monde grec.

Aujourd’hui, que reste-t-il d’Alexandre de Macédoine ?

Publicité
Le médaillon isolé d’un Alexandre échevelé. Du livre de William Vincent an 8.
Le médaillon isolé d’un Alexandre échevelé. Du livre de William Vincent an 8.

Avec Sophie Descamps-Lequime , conservateur en chef du Patrimoine, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines et commissaire de l’Exposition "Au royaume d'Alexandre le Grand - La Macédoine antique".

L'équipe