Antoon Krings, Anaïs Brunet et Marie Desplechin
Antoon Krings, Anaïs Brunet et Marie Desplechin ©Radio France - christophe Ono dit Biot
Antoon Krings, Anaïs Brunet et Marie Desplechin ©Radio France - christophe Ono dit Biot
Antoon Krings, Anaïs Brunet et Marie Desplechin ©Radio France - christophe Ono dit Biot
Publicité

Marie Desplechin, Anaïs Brunet et Antoon Krings sont les invités de Christophe Ono dit Biot.

Avec

De littérature, il sera question, cette semaine, de littérature et pas seulement, comme on l’appelle souvent, de « littérature jeunesse. » Même si de jeunesse il est aussi question, celle des lecteurs de nos trois écrivains qui ont décidé de leur consacrer leur art de raconter : Marie Desplechin, Antoon Krings, et Anaïs Brunet.

« Où est l’enfance est l’âge d’or », disait Novalis, et on est un peu au cœur de l’âge d’or avec ces trois auteurs, ce qui ne va pas sans une certaine gravité parfois. Il n’empêche, ils sont, quand ils écrivent pour la jeunesse, les garants d’un enjeu crucial, la transmission de la littérature. En effet, les enfants, et même les petits font leur apprentissage de la vie, de la lecture, qui est la vie, grâce à leurs livres. L’enfant "entre en littérature" par l’écoute, par la vue, puis par la lecture. Un tout-petit est endormi par une berceuse. Plus âgé, il apprend des chansons et des comptines, il se fait raconter des histoires, puis il regarde les images de l’album que l’adulte lui lit à voix haute. Lorsqu’il aura appris à lire, il pourra revenir sur l’album découvert auprès d’un adulte, en lire seul le texte, tout en s’arrêtant sur les images. Puis les images disparaîtront, ou plutôt se feront mentales, grâce aux mots seuls.

Publicité

C’est à travers ces auteurs que va donc s’opérer la transmission de la littérature dans ces jeunes esprits, et avec la littérature, la formation d’un imaginaire, d’un goût pour une certaine beauté formelle, aussi, et pourquoi pas, d’une certaine peur qui n’est pas étrangère au plaisir des mots. Mais ces passeurs ont-ils conscience d'une lourde responsabilité ? Se sentent-ils une mission particulière ? On parle souvent des jeunes qui ne lisent plus. Est-ce véritablement ce qu'ils constatent ?

Leur choix musicaux :

Marie Desplechin : "Cleanin’out my closet", Eminem

Anaïs Brunet : "Le Petit Jardin", Jacques Dutronc

Antoon Krings : un chant de merle

Le Temps des libraires :

Samuel Thoyer de la librairie L'Atelier 9 à Paris, nous présente Un commis voyageur à Pekin d'Arthur Miller,

traduction de Claire Debru, illustrations d'Inge Morath, Editions du sous-sol, 288 pages.

L'équipe

Christophe Ono-dit-Biot
Christophe Ono-dit-Biot
Avril Ventura
Collaboration
Anne-Laure Chanel
Réalisation