Marie-Jeanne O'Toole milite pour le droit à l'euthanasie depuis la fenêtre de sa maison, à Montluçon.
Marie-Jeanne O'Toole milite pour le droit à l'euthanasie depuis la fenêtre de sa maison, à Montluçon.
Marie-Jeanne O'Toole milite pour le droit à l'euthanasie depuis la fenêtre de sa maison, à Montluçon.  ©Maxppp - SALESSE Florian
Marie-Jeanne O'Toole milite pour le droit à l'euthanasie depuis la fenêtre de sa maison, à Montluçon. ©Maxppp - SALESSE Florian
Marie-Jeanne O'Toole milite pour le droit à l'euthanasie depuis la fenêtre de sa maison, à Montluçon. ©Maxppp - SALESSE Florian
Publicité
Résumé

Légalisé par l’Espagne ce 18 mars, le droit à l’euthanasie en France est encore très restreint. Considérations éthiques, légales et politiques : comment expliquer les réticences à élargir la loi de 2016 ? Bouleversant notre rapport à la mort, la pandémie renouvelle-t-elle cette question délicate ?

avec :

Philippe Bataille (Sociologue, directeur d’études à l’EHESS, membre du centre d’éthique clinique de l’hôpital Cochin), Yaël Braun-Pivet (députée LREM de la 5e circonscription des Yvelines, présidente de la Commission des lois de l'Assemblée nationale), Alain Claeys (Membre du comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie, ancien maire de Poitiers et ancien député PS).

En savoir plus

À peine une proposition de loi sur ce thème  a-t-elle été repoussée au Sénat il y a dix jours qu’une autre arrive à l’Assemblée Nationale la semaine prochaine.
Avec une différence de taille : une partie non négligeable du groupe LREM s’y est dite favorable.

Le gouvernement, qui préfère avoir du recul et évaluer la dernière loi en date - celle de 2016, dite Claeys-Leonetti - avant de prendre quelque autre décision que ce soit, estime de son côté qu’un tel sujet ne peut se contenter d’une niche parlementaire de deux heures un jeudi après-midi et que cela risque de provoquer un « happening politique ».

Publicité

Depuis 1999 et les premiers débats de parlementaires sur l’euthanasie, "fin de vie", "laisser mourir", "faire mourir", "suicide assisté" ou encore "arrêt des soins" sont des expressions mille fois remises en débat.
Celui de la semaine prochaine sera-t-il si différent des précédents ?

Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Hugo Boursier
Collaboration
Rémi Baille
Collaboration
Bruno Baradat
Production déléguée
Fanny Richez
Collaboration
Adèle Rosier
Collaboration