La police patrouille alors que les supporters sont empêchés d'entrer avant le match de la finale de la Ligue des Champions au Stade de France le 28 mai.
La police patrouille alors que les supporters sont empêchés d'entrer avant le match de la finale de la Ligue des Champions au Stade de France le 28 mai. ©AFP - Thomas Coex
La police patrouille alors que les supporters sont empêchés d'entrer avant le match de la finale de la Ligue des Champions au Stade de France le 28 mai. ©AFP - Thomas Coex
La police patrouille alors que les supporters sont empêchés d'entrer avant le match de la finale de la Ligue des Champions au Stade de France le 28 mai. ©AFP - Thomas Coex
Publicité

L’attitude des policiers ce week-end au Stade de France a relancé le débat sur le maintien de l'ordre. Outre les dysfonctionnements organisationnels et humains pour contenir la foule, les méthodes sont dénoncées. À quels outils recourir pour (ré)instaurer un dialogue entre population et police ?

Avec
  • Stéphane Lemercier Capitaine de police, chargé de cours au sein de l'équipe de Droit Pénal à l'Université de Montpellier
  • Christian Mouhanna Sociologue et directeur du Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales (CESDIP)
  • Ronan Evain Directeur général de l'association Football Supporters Europe (FSE)

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin réunit ce soir le préfet de police et ses services pour préparer le match France-Danemark au Stade de France. Car cinq jours après ce que les commentateurs ont alternativement qualifié de fiasco ou de chaos lors du match Liverpool-Madrid, les critiques sur la gestion de la foule de supporters par les stadiers mais surtout la police ne sont pas retombées. Bien que le Président de la République ait pourtant dit à nouveau cet après-midi à Marseille sa confiance envers le ministre et le préfet de police, beaucoup s’interrogent sur la capacité des forces de l’ordre à gérer différemment manifestations politiques et grands rassemblements festifs ou sportifs.

Pour ce débat, Emmanuel Laurentin reçoit Ronan Evain, directeur général de l'association Football Supporters Europe (FSE), Stéphane Lemercier, capitaine de police, chargé de cours à l’Université de Montpellier, délégué SNUITAM-FSU et Christian Mouhanna, sociologue, chargé de recherche au CNRS, membre du Centre de Recherches Sociologiques sur le Droit et les Institutions Pénales (CESDIP).

Publicité

Ronan Evain met en lumière le modèle qu'il serait souhaitable de mettre en place, en traitant les supporters davantage en invités qu'en ennemis : "Il faut une approche qui se concentre beaucoup plus sur l’accueil que sur l’encadrement des foules. (...) La démonstration de force est la solution choisie par défaut, et c’est problématique. (...) La France cherche plus à inventer son propre modèle plutôt qu'à s’insérer dans un modèle européen de bonnes pratiques. (...) Cette construction de l’ennemi fait qu’on a refusé de les voir comme étant des invités qu’il fallait accompagner."

Stéphane Lemercier revient sur les difficultés rencontrées par les forces de l'ordre, et la nécessité de développer un schéma national plus efficace : "Il semblerait qu’il y ait une mauvaise préparation de l’événement en amont. (...) On a peu de moyens de communication communs avec les stadiers, qui ne sont pas formés à faire du maintien de l’ordre. (...) Le quotidien de la police est de gérer l’imprévu, alors que là on a eu trois semaines pour le gérer. (...) Il y a eu quelques éléments de délinquance ou de criminalité. (...) Il faut se saisir de ce genre d’événement pour entamer une réforme du maintien de l’ordre et développer ce schéma national qui peine à se mettre en route."

Christian Mouhanna note les efforts à mettre en place pour que ce type d'événements se déroulent de manière plus pacifique : "Cet événement vient s’insérer dans toute une série de dérapages, de réactions problématiques de la police dans la gestion d’événements festifs, des manifestations… avec une impression très nette que la police va plus au contact violent. (...) On peut saluer la relative tranquillité de la foule, qui a été disciplinée durant toute la période d’attente. Le problème est comment on va intervenir de manière ciblée sur les personnes qui posent problème et laisser tranquilles les autres. (...) Il faut une communication et une différenciation, c’est-à-dire cibler les éléments à problèmes, qui s’énervent, aller les voir si c’est possible."

Bibliographie :

  • Stéphane Lemercier, Précis d'éthique et de déontologie de la police, Editions du Prévôt, 2019

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Production
Rémi Baille
Collaboration
Fanny Richez
Collaboration
Thomas Jost
Réalisation
Chloë Cambreling
Chloë Cambreling
Chloë Cambreling
Production déléguée
Mathias Mégy
Collaboration
Juliette Mouëllic
Collaboration