Le mémorial aux victimes des attentats de 2015 le 07 janvier 2016, Place de la République, à Paris.  ©Maxppp - Bruno Levesque
Le mémorial aux victimes des attentats de 2015 le 07 janvier 2016, Place de la République, à Paris. ©Maxppp - Bruno Levesque
Le mémorial aux victimes des attentats de 2015 le 07 janvier 2016, Place de la République, à Paris. ©Maxppp - Bruno Levesque
Publicité
Résumé

Intégralement filmé, le procès des attentats de janvier 2015 qui s’ouvre aujourd’hui ravive la mémoire individuelle et collective de ces évènements. De quoi se souvient-on ? Quel est le rôle des procès, des commémorations… dans la construction de cette mémoire ?

avec :

Francis Eustache (Neuropsychologue, directeur du laboratoire Inserm Neuropsychologie et imagerie de la mémoire humaine, professeur à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes - Président du Conseil Scientifique de l'Observatoire B2V des Mémoires), Virginie Sansico (Historienne, rattachée au laboratoire Histoire-territoires-mémoire de l’université de Caen et au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP) de l’université de Saint-Quentin en Yvelines.), Henry Rousso (Historien,universitaire).

En savoir plus

Comment se construit la mémoire des attentats ?

Dans un premier temps il y a la surprise et la sidération. Puis, rapidement, la recherche des responsables et les tentatives d’interprétation. Viennent ensuite la commémoration et parfois un certain oubli.

Publicité

En ce premier jour du procès des attentats des 7, 8, et 9 janvier 2015, que sait-on de la façon dont leur mémoire s’est cristallisée, effacée et dont elle sera peut-être ravivée par ces semaines passées au palais de justice de Paris ?
Un grand programme pluridisciplinaire s’est mis en route après les attentats de novembre 2015, qui croise sciences sociales et neurosciences,  tandis qu’une large réflexion s’est instaurée à propos de la création d’un mémorial-musée des sociétés face au terrorisme.

Pourquoi construire la mémoire ?

C’est évident qu’on se heurte aujourd’hui à l’échec du devoir de mémoire comme une œuvre civique qui nous sauverait de toute dérive future. Il est aussi du devoir des pouvoirs publics de penser ces questions et de faire des essais. Virginie Sansico

La fonction du musée mémorial est aussi de produire de la connaissance. Celle-ci est une forme de mémoire fondamentale, surtout contre l'acte terroriste, qui nous empêche de penser. Henry Rousso

Les participants au programme 13 novembre cherchent un sens à ce qui n’en a pas. Cette quête va au-delà de la création d’un lieu : la construction de connaissance est partout. Dans les médias, les créations artistiques, les livres … Francis Eustache

39 min
44 min
Références

L'équipe

Emmanuel Laurentin
Emmanuel Laurentin
Hugo Boursier
Collaboration
Rémi Baille
Collaboration
Fanny Richez
Collaboration
Chloë Cambreling
Production déléguée