EPR : le nucléaire à tout prix ?

Un agent d'EDF regarde le chantier du réacteur nucléaire de l'EPR de Flamanville, qui devait être lancé en 2012 et dont la facture ne cesse de s'alourdir (Flamanville, le 16/11/2016)
Un agent d'EDF regarde le chantier du réacteur nucléaire de l'EPR de Flamanville, qui devait être lancé en 2012 et dont la facture ne cesse de s'alourdir (Flamanville, le 16/11/2016)  ©AFP - CHARLY TRIBALLEAU
Un agent d'EDF regarde le chantier du réacteur nucléaire de l'EPR de Flamanville, qui devait être lancé en 2012 et dont la facture ne cesse de s'alourdir (Flamanville, le 16/11/2016) ©AFP - CHARLY TRIBALLEAU
Un agent d'EDF regarde le chantier du réacteur nucléaire de l'EPR de Flamanville, qui devait être lancé en 2012 et dont la facture ne cesse de s'alourdir (Flamanville, le 16/11/2016) ©AFP - CHARLY TRIBALLEAU
Publicité

Bruno Le Maire est revenu ce matin sur le sujet des EPR, suite à l'échec de celui de Flamanville, et a demandé à EDF un "plan d'action" pour redresser la filiale du nucléaire. Peut-on encore promouvoir le nucléaire comme le meilleur modèle pour renforcer notre indépendance énergétique ?

Avec
  • Valérie Faudon Déléguée générale de la Société française d’énergie nucléaire (SFEN) et Vice-Présidente de l’European Nuclear Society (ENS)
  • Yves Marignac Chef du Pôle énergies nucléaire et fossiles de l’Institut négaWatt
  • Marc Deffrennes Ancien fonctionnaire à la commission européenne et ancien expert à l’agence pour l’énergie nucléaire de l’OCDE
  • Aurélien Saussay chercheur à la London School of Economics, économiste de l'environnement spécialiste des questions de transition énergétique

Ce matin, l’ancien patron du groupe automobile PSA remettait à Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie, un rapport d’audit sur les déboires de l’EPR de Flamanville, dans la Manche. Tout en estimant que cette technologie nucléaire avait démontré sa pertinence, son rapport pointait les défaillances techniques et industrielles dans la mise en œuvre de cette technologie et qualifiait ce projet d’échec pour EDF. Bruno Le Maire a immédiatement demandé de remettre la filière nucléaire française au meilleur niveau d’exigence.

Un plan difficile à mettre en œuvre en raison de l’endettement de l’entreprise et du lancement du projet Hercule , qui prévoit la séparation des activités nucléaires, de barrage et de transport d’électricité d’EDF et des activités liées à l’énergie renouvelable et à la distribution.

Publicité

Nous allons tenter ce soir en 40 minutes de comprendre les enjeux économiques du nucléaire à ce stade de son développement.

C’est une faute contre le climat aujourd'hui de fermer une centrale nucléaire (…) alors qu’à côté, il y a des centrales à charbon qui fonctionnent. Valérie FAUDON

L’avenir est nucléaire et renouvelable, on a besoin des deux. Valérie FAUDON

Le nucléaire s’est construit en France comme un modèle régalien, avec des décisions de l’Etat, des partis de gouvernements qui étaient tous d’accord. C’était une politique nationale ferme, avec beaucoup de visibilité, et cette période est révolue (…) Cette vision-là, qui n’a plus cours, est extrêmement pesante dans le débat sur l’énergie et empêche de réfléchir aux alternatives. Elle est dépassée car aujourd'hui la compétitivité est du côté des renouvelables, c’est ça l’avenir européen. Yves MARIGNAC

La question de la réduction de la part du nucléaire n’est plus une question écologique, ni même une question économique. Aurélien SAUSSAY

Pour aller plus loin :

Deux études de cas : 

Sur nos invités :

Cultures Monde
58 min

L'équipe