Un avion de la compagnie aérienne française Air France, le dernier avion à décoller de l'aéroport Tegel 'Otto Lilienthal', part pour l'aéroport Paris-Charles de Gaulle (CDG), à Berlin, le 8 novembre 2020.
Un avion de la compagnie aérienne française Air France, le dernier avion à décoller de l'aéroport Tegel 'Otto Lilienthal', part pour l'aéroport Paris-Charles de Gaulle (CDG), à Berlin, le 8 novembre 2020.
Un avion de la compagnie aérienne française Air France, le dernier avion à décoller de l'aéroport Tegel 'Otto Lilienthal', part pour l'aéroport Paris-Charles de Gaulle (CDG), à Berlin, le 8 novembre 2020. - Odd Andersen / AFP
Un avion de la compagnie aérienne française Air France, le dernier avion à décoller de l'aéroport Tegel 'Otto Lilienthal', part pour l'aéroport Paris-Charles de Gaulle (CDG), à Berlin, le 8 novembre 2020. - Odd Andersen / AFP
Un avion de la compagnie aérienne française Air France, le dernier avion à décoller de l'aéroport Tegel 'Otto Lilienthal', part pour l'aéroport Paris-Charles de Gaulle (CDG), à Berlin, le 8 novembre 2020. - Odd Andersen / AFP
Publicité
Résumé

L’air est-il plus respirable depuis la pandémie de la Covid-19 ?

avec :

Camille Étienne (Activiste pour le climat, porte-parole du collectif "On est prêts", membre du duo Pensée Sauvage), Jean Jouzel (Climatologue, ancien vice-président du GIEC), Christian de Perthuis (Économiste à l’université Paris Dauphine, fondateur de la Chaire Economie du climat).

En savoir plus

L’air est-il plus respirable depuis la pandémie de la Covid-19 ? Une récente étude publiée par « Santé publique France » révèle que des milliers de décès ont été évités dans notre pays grâce à une diminution de l’exposition aux particules et au dioxyde d’azote, effet bénéfique, lié entre autre à la baisse du trafic routier.

Cette bouffée d’oxygène salutaire cache-t-elle un prochain retour à la normale ? Une reprise, un rebond de l’activité qui pourrait, même, être encore plus dommageable pour la planète.

Publicité

Plus globalement, comment la crise sanitaire interagit avec la crise écologique ? Cette pandémie pourrait-elle permettre de réveiller les consciences, d’être un moment clef, pour imaginer une politique de l’après-Covid, résolument plus verte !

Vert comme la couleur de l’espoir de construire un monde meilleur… Vers quelles politiques nos sociétés vont-elles se diriger, parfois, envers et contre tous ?

Nous sommes ensemble, jusqu’à 19h, pour ce temps du débat à écouter en direct sur France Culture ou quand vous le désirez sur l’application de Radio France. Allez on respire, c’est parti !

Pendant ces périodes de confinement, il y a eu moins de circulations automobiles, peut-être plus de pollutions urbaines liées au chauffage, mais globalement ce rapport est de bon signe (...). Ceci étant, pour moi, le problème c'est les émissions de CO2 (...). Ce que le GIEC avait envisagé il y a 30 ans, c'est ce que nous vivons en terme d'évolution du climat, en terme de rythme de réchauffement climatique, d'évènements extrêmes plus importants, d'accélération d'élévation du niveau de la mer et ça, ça doit nous faire vraiment prendre au sérieux ce que notre communauté scientifique dit. Et ce qu'elle dit, c'est cette nécessité de diminuer les émissions de gaz à effet de serre... - Jean Jouzel -

Il est clair que lorsque le confinement va s'arrêter, on va plus se déplacer et à court terme on va avoir un effet rebond. La question est plus sur le moyen terme, est-ce qu'on va reprendre la tendance antérieure à 2020 ou est-ce que la pandémie qui a frappé plusieurs milliards d'habitants sur cette planète va modifier quelque chose ? Et la question du climat n'est pas un problème de flux mais de stock. Si on veut stabiliser le réchauffement au milieu de ce siècle, il faut stabiliser le stock de gaz à effet de serre et donc réduire ses émissions pendant plusieurs années... - Christian de Perthuis -

La communauté de destins (cf Edgar Morin) résume très bien ce qu'on a vécu avec cette pandémie. (...). Au niveau de la crise écologique, il s'est passé quelque chose également au niveau de la biodiversité. (...). Pendant le premier confinement, on s'est rendu compte que la nature revenait, parce qu'on avait oublié qu'on n'était pas seuls à habiter cette planète. - Camille Étienne -

Références

L'équipe

Vanessa Nadjar
Réalisation
Seham Boutata
Collaboration