Mateusz Morawiecki, le premier ministre polonais et Viktor Orban, son homologue hongrois se saluent avant un rendez-vous avec la Commission Européenne, à Bruxelles, le 24 septembre 2020.
Mateusz Morawiecki, le premier ministre polonais et Viktor Orban, son homologue hongrois se saluent avant un rendez-vous avec la Commission Européenne, à Bruxelles, le 24 septembre 2020. ©AFP - François Lenoir
Mateusz Morawiecki, le premier ministre polonais et Viktor Orban, son homologue hongrois se saluent avant un rendez-vous avec la Commission Européenne, à Bruxelles, le 24 septembre 2020. ©AFP - François Lenoir
Mateusz Morawiecki, le premier ministre polonais et Viktor Orban, son homologue hongrois se saluent avant un rendez-vous avec la Commission Européenne, à Bruxelles, le 24 septembre 2020. ©AFP - François Lenoir
Publicité

Pas d'État de droit, pas de fonds européens. C'est en substance ce que prévoit l'accord provisoire conclu, ce jeudi, par le Parlement et les États de l'Union Européenne. Cette condition n'est pas au goût de la Hongrie et de la Pologne, qui dénoncent un "chantage inacceptable".

Avec
  • Max-Erwann Gastineau Essayiste, il a publié "Le Nouveau procès de l’Est" (Éditions du Cerf, 2019)
  • Gianni Buquicchio Président de la Commission de Venise
  • Roman Krakovsky Historien, chargé de cours à l’Université de Genève et l'Université de Lille, spécialiste de l'Europe centrale et orientale

Pendant que nous avons les yeux braqués sur les résultats des élections présidentielles outre-Atlantique, une partie diplomatique intra-européenne se déroulait à bas bruit. 

Elle vient a priori de se régler au grand désespoir de Varsovie et Budapest: le Parlement et les états de l’Union européenne ont conclu un accord ce jeudi pour intégrer un mécanisme inédit conditionnant l’attribution de financements européens au respect des principes de l’Etat de droit.

Publicité

Mais quels sont ces principes, contestés entre autres par la Hongrie et la Pologne, qui menacent en retour d’opposer leur veto au budget européen de plus de mille milliards d’euros ?